•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La MRC de la Matanie brasse les cartes pour la couverture du service incendie

Le devant d'un véhicule des services d'incendies.

Un camion de pompiers

Photo : Radio-Canada / Martin Labbé

Joane Bérubé

La MRC et les maires de la Matanie ont entrepris des négociations pour revoir la couverture du service incendie dans neuf municipalités du territoire.

Pénurie de main-d’œuvre et diminution de la facture sont les impératifs qui orientent les discussions sur le renouvellement du plan de couverture de risques incendies de la MRC de la Matanie.

Dans le plan présenté aux maires, la MRC propose de ne conserver que quatre casernes. Les villages des Méchins, de Saint-René-de-Matane et de Baie-des-Sables conserveraient leur caserne et une caserne centrale serait construite à Sainte-Félicité pour desservir le village ainsi que Grosses-Roches, Saint-Jean-de-Cherbourg et Sainte-Adelme.

Un pompier est debout près du camion de pompiers où un boyau d'incendie est raccordé.

Des pompiers en action (archives)

Photo : Radio-Canada

La caserne de Sainte-Félicité deviendrait le poste d’attache principal du service et des employés du service incendie de la MRC. Actuellement le service incendie compte quatre employés permanents et une soixantaine de pompiers volontaires.

Pénurie de main-d’œuvre

Pour maintenir des casernes dans toutes les municipalités desservies, le préfet de la Matanie et maire de Baie-des-Sables, Denis Santerre, indique qu’il faudrait une équipe d’une centaine de pompiers volontaires.

Il y a, dit-il, des villages où on n’arrive pas à recruter des volontaires et d’autres où il en manque.

De là est venue l’idée pour la MRC de regrouper plusieurs pompiers dans une plus grande caserne basée dans l’est du territoire.

On ne peut pas avoir des camions de pompiers et pas de monde dedans.

Denis Santerre, préfet de la Matanie et maire de Baie-des-Sables

M. Santerre fait valoir qu'il comprend bien l’inquiétude de certains pompiers face à la réorganisation en cours.

Les coûts de cette nouvelle construction ainsi que son financement de même que la vente probable d’un camion sont toujours à l’étude.

La facture totale que devraient se partager les municipalités dans la nouvelle entente sera établie en fonction de ces données qui ne sont pas encore définies.

Des offres de la Ville de Matane

À 14 mois de l’échéance de l’entente, il reste peu de temps pour que les maires prennent une décision. Dès l’automne, les municipalités devront intégrer cette importante facture à leur prochain budget. Nous sommes en retard. Il est moins mille, affirme le préfet de la Matanie.

Ce retard pourrait bien profiter à la Ville de Matane cependant.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, confirme que le service incendie de la ville, qui assure déjà la couverture incendie pour le village de Saint-Ulric, est en négociations avec certaines municipalités.

Un pompier est debout, avec son habit, près du camion dont les gyrophares et les phares sont allumés

Intervention des pompiers de Matane (archives)

Photo : Radio-Canada

La Ville pourrait offrir un service moins cher tout en amortissant les coûts de son service. On est en réflexion, dit le maire. Tout le monde se pose des questions sur la manière d’offrir des services, sur la très grande problématique de recruter des pompiers volontaires qui est de plus en plus difficile. Les coûts, aussi, pour maintenir une flotte de camion aux normes. C’est sûr que tout le monde regarde actuellement les différentes options.

Les villages de Saint-Léandre et de Sainte-Paule ont déjà fait savoir qu’ils mettaient fin à l’entente avec la MRC de la Matanie. Ces deux municipalités, selon le préfet, ont effectivement des problèmes de recrutement de pompiers volontaires.

Elles recevront aussi une proposition de la MRC, soutient Denis Santerre.

Le maire de Saint-Ulric, Pierre Lagacé, se dit quant à lui bien satisfait des services que lui offre la Ville de Matane.

C’est Matane qui s’occupe de former les pompiers ce qui, dit-il, est aussi un avantage dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Il rappelle que c’est le manque de pompiers qui avait incité le village à délaisser son service municipal.

Les responsables du village avaient aussi reçu une proposition de la MRC, mais avaient opté pour celle de Matane.

La caserne de Saint-Adelme

À Saint-René, le maire, Rémi Fortin, se dit en réflexion et poursuit le processus de négociations au sein de la MRC.

Même chose à Saint-Adelme, où le maire et préfet suppléant de la MRC de la Matanie, Jean-Roland Lebrun, se montre prudent sur l’issue de toutes ces tractations. On est en négociations, répète-t-il. On veut baisser les quotes-parts. On attend d’avoir des coûts de la MRC, comment ils vont se positionner.

Tableau. Nombre d’habitants
Saint-Jean-de-Cherbourg : 183
Grosses-Roches : 383
Saint-Adelme : 480
Sainte-Félicité : 1 107
Total : 2153 habitants

Nombres d'habitants dans les municipalités

Photo : Radio-Canada

Récemment, des pompiers de la MRC ont assisté à la séance du conseil municipal de Saint-Adelme pour réclamer le maintien des services actuels. Ils estiment que la caserne de Saint-Adelme est bien située pour répondre aux urgences et doit être maintenue.

Le conseil municipal a accepté d’en discuter lors d’une rencontre le 3 octobre prochain.

En attendant, le maire Lebrun précise que rien n’a encore été décidé et que tout dépendra des propositions qui seront sur la table.

Question de coûts

Saint-Adelme assume une facture de près de 90 000 $ pour le service incendie. C’est un coût que le maire aimerait abaisser. Pour l’instant, ajoute-t-il, les prix ne sont pas raisonnables. On est seulement 518 de population.

M. Lebrun indique qu’il n’a pas reçu ni sollicité d’offre de la Vlile de Matane.

Il admet toutefois avoir examiné, dit-il, les conditions offertes par Matane au village de Saint-Ulric. Ce sont de belles propositions et ça va nous fait réfléchir et ça va faire réfléchir le conseil de la MRC pour des propositions qui sont convenables.

Cette question du coût est centrale. La facture du service incendie de la MRC s'élève à 1,1 million de dollars pour une population d’environ 5500 personnes.

Camion de pompier

Un des camions de pompier de la Matanie

Photo : MRC de la Matanie

En 2017, la MRC évaluait la répartition des coûts à 94,93 $ par habitant. Ces coûts s’expliquent par une dette à rembourser pour sa flotte de camion.

Cette dépense s’éteindra en 2020, afin de diminuer les coûts par habitant à environ 78 $, ce qui est comparable à ce que facture la Ville de Matane pour les résidences de 100 000 $ et moins.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Services aux citoyens