•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que propose Sheila Risbud pour l’ACFA?

Plan moyen de Sheila Risbud assise sur une véranda pendant une entrevue.

Sheila Risbud souhaite représenter la communauté francophone de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada

Stéphanie Rousseau

Sheila Risbud veut devenir la nouvelle présidente de l’ACFA. Qui est cette professionnelle de Calgary qui souhaite représenter les francophones albertains?

L'histoire d’amour de Sheila Risbud avec la francophonie albertaine est née dans sa jeunesse. Sa famille quitte le Québec pour l’Alberta dans les années 1980 pour que son père puisse travailler dans l’industrie pétrolière.

Comme elle ne parle pas l’anglais, le choc est grand pour la jeune fille.

Il n’y avait pas d’écoles francophones, j’ai dû rentrer dans une école d’immersion. [...] Je me suis impliquée chez FJA [Francophonie jeunesse de l’Alberta] et un des combats majeurs, c’était pour avoir des écoles francophones. J’ai participé à des sit-in, on a fait des manifestations devant l’Assemblée législative, dit-elle.

« Une fois, le député Léo Piquette a parlé en français à l’Assemblée législative (Nouvelle fenêtre)et il s'était fait dire qu'il n'avait pas le droit, et on avait fait une manifestation. C’était un temps où on sentait vraiment qu’on avait une cause, quand tu sens que tu n’es pas traité comme les autres citoyens, ça nous a vraiment rassemblés », ajoute-t-elle.

Après des études en science politique, elle quitte Edmonton pour Calgary pour le travail et délaisse son engagement quelques années, le temps de fonder une famille. Maintenant que ses enfants sont grands, elle cherchait le moyen de s'impliquer de nouveau dans la francophonie.

Je me sentais comme si je n’avais plus le temps de redonner, mais là, j’ai le goût et le temps de redonner à la communauté, dit-elle.

Le français fait partie de tous les aspects de ma vie.

Sheila Risbud, candidate à la présidence de l'ACFA

Chez moi, à la maison, j’ai trois enfants qui ont été élevés en français en Alberta. Mon dernier a encore un accent quand il parle en anglais et je suis très fière de ça. Je suis vraiment fière quand je vais voir ma famille au Québec et je leur dis que j’ai été capable d’élever mes enfants en français en Alberta, dit Sheila Risbud.

Comment voter?

Pour voter, il faut être devenu membre en règle de l’ACFA avant le 10 septembre dernier.

Il faut remplir un bulletin de vote et l’envoyer au secrétariat provincial de l’ACFA, par voie postale ou électronique. Seuls les bulletins reçus avant 23 h 59, le 15 octobre, seront valides.

Une ACFA rassembleuse

Si elle est élue, Sheila Risbud souhaite miser sur la diversité et rassembler les intervenants de la francophonie.

Franchement, je pense qu’on a besoin de se rassembler. La communauté a grandi, il y a plus d’organismes francophones. C’est bon, ça veut dire que la communauté est vibrante, mais ça veut aussi dire que, des fois, nos efforts de lobbying ou de revendications sont dilués. Moi, mon but [...] serait de rassembler les intérêts. On est plus forts quand on travaille ensemble, dit-elle.

Je pense que 30 % de la communauté est issue de l’immigration, ce n’est plus la même gang et il faut s’assurer que l’ACFA représente cette nouvelle réalité, ajoute-t-elle.

Calgary contre Edmonton

Même si la communauté est plus organisée à Edmonton qu’à Calgary, Sheila Risbud ne voit pas le faire de vivre dans la métropole comme un désavantage. 

Honnêtement, je pense que c’est un avantage.

La communauté a peut-être été plus centrée sur Edmonton, mais c’est une critique aussi. Avoir une perspective différente, qui vient du sud, je pense que c’est important. Et j’ai habité à Edmonton longtemps. Alors j’ai encore des liens forts.

Sheila Risbud, candidate à la présidence de l'ACFA

J’amène une perspective nouvelle et neutre. En plus, au niveau professionnel, c’est ce que je fais. Je fais du lobbying, je fais avancer des dossiers, alors j’amène cette expérience-là, ajoute celle qui travaille comme représentante des relations gouvernementales pour une entreprise minière et pétrolière.

Sheila Risbud ne compte pas s'installer à Edmonton et gardera son emploi. Même s’il est prenant, elle dit compter sur un conseil d’administration fort, où les tâches seront déléguées.

Le Franco?

Sur la récente décision de vendre le journal Le Franco, qui a suscité des critiques dans la francophonie, Sheila Risbud estime que les membres auraient dû être mieux informés.

Bien sûr que le conseil d’administration a le droit de prendre ces décisions-là, mais je pense que, si ça touche le moyen principal de communication de l’ACFA, ça aurait dû être mieux expliqué, dit-elle.

Je trouve que c’est un peu pressé de prendre la décision maintenant quand il va y avoir un nouveau conseil d’administration d’ici un mois. Je ne vois pas l’urgence, dit-elle.

Quant aux divisions internes et aux allégations de harcèlement qui touchent l’organisme, elle promet d'agir différemment. Je n’ai pas bien suivi tous ces dossiers, mais c’est certain que je n’ai pas de tolérance pour cela en milieu de travail ou pour un organisme bénévole, dit-elle.

Les membres de l’ACFA pourront entendre les candidats débattre le 4 octobre, entre 8 et 9 heures pendant l’émission Le Café show. Le débat sera également diffusé sur Facebook, sur la page d’ICI Alberta.

Alberta

Associations francophones