•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Internet haute vitesse aux Îles : l'impatience monte

Havre-aux-Maisons aux Îles-de-la-Madeleine.

Des Madelinots déplorent le manque de communication de la part de l'entreprise DERYtelecom.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

Des représentants des Îles-de-la-Madeleine s'inquiètent du manque de communication de la part de DERYtelecom, responsable du déploiement du réseau Internet haute vitesse dans l'archipel, prévu en 2020.

Le maire des Îles, le président du Réseau intégré de communications électroniques, le député provincial ainsi que la Chambre de commerce des Îles-de-la-Madeleine ont tenu un point de presse conjoint, jeudi matin, pour exprimer leurs préoccupations.

Ils déplorent un manque de communication et de collaboration de la part de l'entreprise DERYtelecom choisie, en mai 2018, par le ministère de l'Économie et de l'Innovation pour brancher les foyers de l'archipel au service Internet haute vitesse.

L'essence du message, c'est de presser le gouvernement et l'entreprise DERYtelecom de préciser leur plan de match, de faire preuve de transparence pour donner enfin l'espoir aux Madelinots que le service actuel est en voie d'amélioration et que le projet va enfin aboutir, indique le député Joël Arseneau.

Le responsable du dossier de l'internet pour la Chambre de commerce des Îles, Joël Arseneau, abonde dans le même sens.

Ce qu'on souhaite, c'est d'avoir accès à l'information, que les cablo-distributeurs soient capables de venir nous rencontrer ici, localement, nous présenter leur offre de service, ce qu'ils vont offrir à la population et aux entreprises, qu'on soit capable d'en discuter, explique-t-il.

Actuellement c'est un peu le flou en termes d'information, et c'est ça qui nous inquiète.

Joël Arseneau, responsable du dossier de l'internet pour la Chambre de commerce des Îles

Ils demandent donc à DERYtelecom de fournir un bilan des étapes réalisées, un échéancier de livraison, une proposition de grille tarifaire ainsi que le détail des forfaits prévus, d'ici le 30 octobre.

Un site web bientôt disponible

La directrice marketing chez DERYtelecom, Nathalie Gagnon, assure qu'un suivi a été fait auprès de la population. Plusieurs rencontres ont eu lieu, il y a quand même plusieurs documents aussi qui ont été remis pour informer la communauté, soutient-elle.

Elle promet néanmoins qu'un site web sera mis en ligne dès la semaine du 23 septembre.

On entend que ce n'est pas à la satisfaction des gens de la communauté, alors on va aller plus loin. Via un site internet, qu'on va rendre disponible à toute la population, ils vont pouvoir avoir tous les détails sur les chantiers, la progression des travaux et toutes les informations pertinentes, assure Mme Gagnon.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes considère que les résidents et les entreprises devraient avoir accès à des vitesses de téléchargement d'au moins 50 Mégabits par seconde pour être en mesure de favoriser leur participation à l'économie canadienne.

Actuellement, les Madelinots ont accès à des vitesses de téléchargement qui se situent, dans la plupart des cas, entre 5 et 10 Mb/s. En comparaison, pour des tarifs similaires, les Québécois vivant sur le continent ont accès à des vitesses qui vont de 60 à 1000 Mb/s.

Depuis le début, le choix de l'entreprise DERYtelecom ne fait pas l'unanimité aux Îles.

Les représentants des Îles ont, par résilience, endossé un projet qui n'était pas le leur, qui n'était pas leur choix. Pour des raisons d'amélioration rapide, on a quand même endossé le projet de DERY. Maintenant, la résilience dont on a fait preuve ne paie pas, les résultats ne sont pas là, déplore le président du Réseau intégré de communications électroniques des Îles-de-la-Madeleine, Claude Cyr.

Le maire des Îles, Jonathan Lapierre, est plus nuancé dans ses propos.

On souhaite rencontrer les propriétaires, les gestionnaires de DERYtelecom. On n'a rien contre DERYtelecom. On en a contre le fait qu'on est laissé dans le néant, soutient le maire.

Avec les informations de Michaële Perron-Langlais

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Internet