•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une eau de meilleure qualité pour les résidents de Hull

Un gros plan de l'intérieur de l'usine

L'usine de production d'eau potable du boulevard Lucerne peut maintenant filtrer l'équivalent de 30 piscines olympiques par jour.

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Radio-Canada

Les travaux de modernisation de l'usine d'eau potable du secteur Hull, l'un des plus gros chantiers des dernières années à Gatineau, sont maintenant terminés. Les 86 000 foyers desservis par l'usine devraient avoir une eau de meilleure qualité, de même que moins de baisses de pression et d'avis d'ébullition.

L'usine, en fonction pour les 20 prochaines années, fait place à de nouveaux procédés, comme l'utilisation d'ozone, qui enlève jusqu'à 75 % des matières organiques qui peuvent se trouver dans l'eau.

On ozone l'eau pour détruire encore plus de matières organiques, c'est une étape qu'on a ajoutée qu'on n'avait pas. C'est assez récent comme technologie, a mentionné jeudi le responsable de la production d'eau potable de l'usine, Mario Renaud, lors d'une visite pour les médias.

Modernisée au coût de 62 millions de dollars, l'usine de production d'eau potable du boulevard de Lucerne peut maintenant filtrer l'équivalent de 30 piscines olympiques par jour, comparativement à 22 avant les travaux.

Du point de vue du citoyen et de sa qualité de vie, la modernisation de l'usine fait de l'eau de meilleure qualité, mieux filtrée et plus sécuritaire, a affirmé Maxime Pedneaud-Jobin, le maire de Gatineau.

Encore du pain sur la planche

Après 28 mois de travaux et 62 millions de dollars d'investissements venus du fonds de la taxe sur l'essence, Gatineau a maintenant presque complété la modernisation de toutes ses usines de production d'eau potable, mais les grands chantiers sont loin d'être terminés.

Maintenant que l'usine d'eau potable du secteur Hull est modernisée, celle du secteur Gatineau est la prochaine en lice. Il s'agit d'un autre projet de plusieurs dizaines de millions de dollars qui est déjà en planification.

Par la suite, ce sont les canalisations et la réfection des égouts et des aqueducs qui se positionnent en priorité, a fait savoir le directeur du service des infrastructures de la Ville de Gatineau, Jean Audet.

Ajoutez les travaux liés à l'eau colorée, l'adaptation aux changements climatiques et le rattrapage en infrastructures, sans oublier la modernisation de l'usine d'épuration de la rue Notre-Dame, et la facture atteint plus d'un milliard de dollars pour Gatineau.

Le maire de Gatineau en conférence de presse

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, demande une aide plus soutenue pour moderniser les infrastructures de la Ville.

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Si on ne réforme pas la fiscalité municipale, on ne sera jamais capable de faire face à ça. On gère 60 % des infrastructures publiques et on reçoit 8 % des taxes et impôts, explique M. Pedneaud-Jobin.

Selon le maire, les subventions à elles seules ne suffiront pas et plaide à nouveau pour une nouvelle fiscalité municipale.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Politique municipale