•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'érosion à Cap-Bateau entraîne le déménagement d'une maison

Cette maison de Cap-Bateau vient d'être déménagée en raison de l'érosion des caps.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

René Landry

À Cap-Bateau au Nouveau-Brunswick, la maison de Jean-Yves et Louise Thériault vient d'être déplacée plus loin du cap, qui se rapproche dangereusement en raison de l'érosion.

Le déménagement coûtera plus de 40 000 $, selon les propriétaires.

Le déménagement coûtera plus de 40 000 $, selon les propriétaires.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Les démarches des propriétaires pour obtenir de l'aide ont été vaines jusqu'à présent. Ils doivent débourser plus de 40 000 $ pour le déménagement de leur maison.

Thérèse Ferron, constate les ravages causés par l'érosion.

Thérèse Ferron, constate les ravages causés par l'érosion.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Une voisine, Thérèse Ferron, qui a 91 ans, constate que le cap est rendu très près de son puisard.

Il va y avoir d'autres tempêtes dans le mois d'octobre, prévoit-elle. Je pense que je vais devoir acheter des rames. Avant, j'avais un grand champ de patates en arrière. Le cap est parti à la mer.

Une petite maison au sommet d'une côte, tout près de la mer

L'érosion menace les résidences à Cap-Bateau.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

La petite-fille de Mme Ferron, Lina, est venue de Campbellton pour voir sa grand-mère... et les dégâts.

Lina Ferron en entrevue devant la mer

Lina Ferron, originaire de Cap-Bateau, se désole de voir l'état de la propriété de sa grand-mère.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Quand c'est rendu qu'on doit déménager des maisons, je me dis qu'il y a quelque chose qui ne marche pas, constate-t-elle. C'est très urgent. Tant qu'il n'y aura pas de grosses roches installées devant les caps, l'érosion va continuer. C'est mon petit village natal qui rapetisse à vue d'oeil.

Des crevasses creusées par la mer le long de la côte

À Cap-Bateau, les caps sont érodés par les tempêtes.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Thérèse Ferron garde le moral malgré tout. Mais tout cela la chicote énormément.

Je ne peux rien faire, déplore-t-elle. J'ai quand même 91 ans. Je n'ai pas la capacité de creuser pour faire un puisard.

Ça coûte de 4000 $ à 5000 $ pour faire creuser un puisard. Dans dix ans, mon terrain va tout être mangé. Qu'est-ce qu'on va faire? Où est-ce que vous voulez qu'on aille?

Nouveau-Brunswick

Immobilier