•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Brownface » : des politiciens réagissent en Atlantique

Nick Whalen en entrevue. En arrière-plan se trouve le centre scolaire et communautaire des Grands-Vents à Saint-Jean.

Nick Whalen, député libéral sortant de Saint-Jean-Est, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

Radio-Canada

Des candidats libéraux à Terre-Neuve-et-Labrador ont réagi jeudi à la publication d’une photo du premier ministre Justin Trudeau le visage maquillé en brun, lors d'une fête il y a 18 ans.

J’ai discuté avec mes enfants… et les enfants ont immédiatement compris que de se déguiser en une autre culture était mal… et irrespectueux… et oppressif, a écrit sur Twitter Nick Whalen, qui est candidat à sa réélection dans Saint-Jean-Est.

Il conclut son message par : Dans la bonne direction, mais une longue route.

Notre dossier Élections Canada 2019

Mercredi soir, M. Trudeau a déclaré qu'il ne pensait pas en 2001 que ses gestes étaient racistes, mais qu'il comprend aujourd'hui que ce l'était. Je n'aurais pas dû le faire, j'aurais dû savoir que je n'aurais pas dû le faire, et je le regrette profondément, a-t-il dit. Je m'excuse profondément. Je me suis déçu moi-même et je suis vraiment désolé.

Scott Simms parle devant un micro.

Scott Simms.

Photo : CBC

Le candidat libéral de Coast of Bays—Central—Notre Dame, Scott Simms, dit avoir été secoué par la nouvelle. Il a qualifié la pratique du « brownface » de mal et croit que ce sera à Justin Trudeau d’expliquer ses actions passées au cours de cette campagne électorale.

Je peux défendre ses politiques, mais sur cette question, il est celui qui saura le mieux se défendre.

Scott Simms, candidat libéral, Coast of Bays-Central-Notre Dame

Le candidat élu cinq fois à la Chambre des communes dit apprécier que dans les circonstances le chef libéral se soit excusé abondamment, sans chercher à se défiler, qu’il ait nommé [la pratique du "brownface"] par son nom, immédiatement, et ait parlé de son évolution depuis en tant que personne.

Je suis certain que beaucoup d’entre nous seraient embarrassés en pensant à ce que nous avons dit ou fait dans le passé, il y a 20 ans, ou même il y a 10 ans, a poursuivi Scott Simms. Mais ensuite, on évolue comme personne et réalise qu’on a agi incorrectement à l’époque.

Après la publication mercredi par le magazine américain Time de la photo, prise en 2001, le réseau de télévision canadien Global a publié jeudi une vidéo obtenue du Parti conservateur montrant M. Trudeau maquillé en brun au début des années 1990.

En Nouvelle-Écosse, le premier ministre libéral Stephen McNeil a été interpellé alors qu’il participait à l’événement African Youth and Governance Conference et tentait de mettre en valeur les efforts de son gouvernement dans ses relations avec la communauté afro-néo-écossaise.

Le premier ministre a reconnu que c'était une erreur, il demande pardon aux Canadiens, et les Canadiens décideront, a dit M. McNeil, qui croit que M. Trudeau a fait preuve de sincérité dans ses explications mercredi soir.

Tony Ince avec autour du cou une écharpe aux couleurs de l'événement African Youth and Governance Conference (AYGC) le 19 septembre 2019.

Tony Ince, ministre des Affaires afro-néo-écossaises.

Photo : CBC

Interrogé au sujet du « blackface », Tony Ince, le ministre des Affaires afro-néo-écossaises, a dit : Il n’y a pas de place pour ça, bien des gens peuvent faire des erreurs.

Je crois que M. Trudeau était sincèrement, honnêtement désolé pour ce qu'il a fait. C'était une vraie erreur de jugement... à quelques reprises, a poursuivi M. Ince. J'aimerais regarder vers l'avant, car nous avons beaucoup de conversations [à avoir], beaucoup de travail à faire. Ce genre d'incidents n'aide pas, mais il nous donne aussi la chance d'avoir cette conversation - cette conversation inconfortable que nous avons besoin d'avoir, et d'avoir plus souvent.

Terre-Neuve-et-Labrador

Élections fédérales