•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je ne comprenais pas le privilège que j’avais de ne jamais avoir été discriminé »

Justin Trudeau s'explique de nouveau après que des images de lui en « brownface » eurent fait surface.

Le chef libéral, Justin Trudeau, s'est excusé jeudi pour avoir arboré des « brownface » dans le passé.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Joëlle Girard

Dans l’embarras après que des images de lui arborant un « brownface » eurent fait surface, Justin Trudeau a affirmé jeudi qu'à l'époque où ces clichés et vidéos ont été pris, il ne comprenait pas le privilège qu'il avait de ne jamais avoir été discriminé.

Ce n’est pas la personne que je suis, a répété plusieurs fois le chef du Parti libéral du Canada, en conférence de presse jeudi à Winnipeg, s’excusant une seconde fois pour ces images « embarrassantes ».

À cause de l’historique raciste de ce geste, ce n’est jamais acceptable de foncer sa peau. J’aurais dû comprendre ça à l’époque et je n’aurais jamais dû le faire.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

C’est quelque chose que je regrette profondément, a-t-il répété.

J’ai appris directement des gens de Papineau à quel point j’ai toujours bénéficié de privilèges qui voulaient dire que je ne comprenais pas la réalité de gens qui font face à la discrimination quasiment tous les jours, a soutenu Justin Trudeau, faisant référence aux électeurs de sa circonscription de Montréal qui comprend notamment le quartier très multiethnique de Parc-Extension.

Le chef libéral a aussi évoqué les discussions difficiles qu'il a dû avoir avec ses enfants jeudi matin afin de leur parler de l'importance de prendre leurs responsabilités et de reconnaître leurs erreurs.

En ayant ces discussions, j'ai réalisé que beaucoup trop de parents canadiens avaient eux aussi eu besoin d'expliquer à leurs enfants, ce matin, ces photos de leur premier ministre.

Justin Trudeau

«  J'ai évoqué les événements dont je me souvenais  », dit Trudeau

Justin Trudeau avait offert ses excuses la veille, lors d’une mêlée de presse à bord de son avion de campagne, après que le magazine Time eut publié les premières images de lui avec le visage foncé pour personnifier Aladdin lors d’une soirée costumée, en 2001.

Depuis, une vidéo datant du début des années 1990 a également fait surface. On y voit cette fois le chef libéral en « blackface ». Le chef conservateur, Andrew Scheer, a reconnu que son parti avait fourni cette vidéo à la chaîne de télévision Global News après qu’une personne, qu’il n’a pas identifiée, a fait suivre la vidéo à son équipe.

Notre dossier Élections Canada 2019

Jeudi matin, M. Scheer a soutenu que Justin Trudeau avait formulé des excuses qui n’étaient pas sincères et transparentes mercredi soir, l’accusant d'avoir menti en n'évoquant pas cet autre épisode dont la vidéo fait état.

J’ai partagé les événements dont je me souvenais, a simplement répondu M. Trudeau jeudi après-midi.

La réalité, c’est que je ne pouvais pas être définitif [dans ma réponse mercredi soir] parce que je ne me souvenais pas de ces photos qui sont sorties et qui ont été prises pendant que j’étais guide de rivière dans les années 1990, a-t-il expliqué.

M. Trudeau ne confirme donc pas s’il existe ou non d’autres images de lui dans un maquillage similaire.

Concernant le moment où il a choisi de dévoiler l’existence de telles images à l'équipe libérale, Justin Trudeau a aussi fait son mea-culpa. J’étais gêné […] donc je ne voulais en parler avec personne, a-t-il fait savoir, ajoutant qu’il a informé son équipe lorsqu’il a compris que le magazine Time cherchait à obtenir ces images.

En fin de soirée, jeudi, l'Académie West Point Grey a fait parvenir une courte déclaration, dans laquelle l'institution indique que notre gala de 2001 a été organisé par un groupe multiculturel de parents bénévoles et visait à être festif et respectueux.

Ceci étant dit, nous reconnaissons que les sensibilités culturelles ont évolué avec le temps, a indiqué l'école, avant de réitérer ses valeurs « d'ouverture, d'inclusion et de respect ».

Politique fédérale

Politique