•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de drones au-dessus des prisons

Image de l'intérieur des murs de la prison vu du ciel.

L'établissement correctionnel à sécurité maximale et moyenne de Collins Bay, à Kingston, vu du ciel.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

De plus en plus de drones sont utilisés pour la contrebande dans les établissements carcéraux du pays. La Police provinciale de l’Ontario (PPO) dit faire face à des cas de plus en plus fréquents, surtout dans la région de Kingston, où il y a sept pénitenciers.

Le recto et le verso du feuillet sur lequel on voit l'image d'un drone dans le ciel et les logos de la police de Kingston, de la PPO ainsi que de Service correctionnel du Canada.

Les feuillets d'information distribués aux résidents ainsi qu'aux commerces non loin des établissements carcéraux de Kingston.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Les membres de la brigade pénitentiaire, qui sont appelés à enquêter lorsque des objets de contrebande sont saisis dans les établissements carcéraux, ont distribué des brochures dans les quartiers près des prisons pour informer la population.

La brigade est constituée de membres de la Police provinciale de l'Ontario (PPO) et de la police de Kingston et opère en collaboration avec le Service correctionnel du Canada.

Le sergent se trouve devant l'établissement de Collins Bay, à Kingston.

Le sergent Joel Blacklock, de la Brigade pénitentiaire de Kingston

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Les appels de service relatifs aux drones dans les établissements fédéraux ont augmenté. Nous voulons donc engager nos communautés pour les sensibiliser au fait qu'il existe un problème persistant d’individus qui pilotent des drones autour des pénitenciers fédéraux.

Sergent Joel Blacklock, Brigade pénitentiaire de Kingston

Dans une vidéo publiée sur Twitter, la PPO et le Service correctionnel du Canada demandent l’aide du public pour lutter contre l’utilisation de drones. Selon les autorités, les drones sont utilisés pour faire tomber des objets de contrebande à l’intérieur du périmètre des établissements carcéraux fédéraux.

L'établissement correctionnel de Collins Bay, à Kingston.

L'établissement correctionnel de Collins Bay, à Kingston

Photo : The Canadian Press / Lars Hagberg

La police demande aux résidents ainsi qu’aux personnes travaillant dans les secteurs concernés d’entrer en contact avec les autorités locales s’ils sont témoins d’activités douteuses.

Le tweet publié lundi sur la page Twitter de la PPO de la région de l’Est de l’Ontario présente une vidéo avec le sergent Joel Blacklock, de la Brigade pénitentiaire de Kingston, devant un mur du pénitencier de Kingston maintenant fermé.

Quatre drones de différents formats sur une table.

Drones saisis par la brigade pénitentiaire de Kingston

Photo : Twitter/@OPP_ER

Dans la vidéo, on voit aussi du matériel confisqué, dont des drones utilisés pour déposer des stupéfiants et d'autres objets de contrebande à l'intérieur des murs des prisons.

La vigilance des résidents

Dans le quartier résidentiel avoisinant l’établissement de Collins Bay, à Kingston, la population voit d’un bon œil cette campagne. Cet établissement carcéral compte une section à sécurité maximale ainsi qu’une prison à sécurité moyenne.

Si je vois un drone à l’avenir, je vais probablement appeler les autorités parce qu’avant, je n’y pensais même pas à deux fois, mais maintenant je vais y penser, surtout qu’on est si proche de la prison.

Debbie Magnusson, résidente de Kingston

Comme plusieurs dans son quartier, Mme Magnusson n’avait jamais établi le lien entre l’utilisation de drones et la prison qui se trouve à environ un kilomètre de sa résidence. Mais selon elle, avec les appareils qui sont de plus en plus performants, elle croit que c’est logique que les autorités demandent l’aide de la population.

Les autorités demandent aux résidents de contacter la police de Kingston au 613 549-4660 s’ils sont témoins de la présence d’un drone pour les établissements de Collins Bay et de Joyceville.

Pour les établissements carcéraux de Bath et de Millhaven, situés dans la municipalité voisine du canton de Loyalist, ainsi que les établissements de Wakworth et de Beaver Creek, on demande de contacter la PPO au 1 888 310-1122.

Toronto

Prévention et sécurité