•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les petites municipalités albertaines pourraient devoir payer pour la police

Voiture de la GRC devant une ferme.

L'Alberta a ouvert des consultations sur le financement de la police en milieu rural.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Beaumont-Drouin

Radio-Canada

La proposition du gouvernement provincial de faire payer aux petites municipalités rurales de l’Alberta une part des coûts de la police inquiète les élus ruraux et suscite l’indignation de l’opposition néo-démocrate.

La province finance actuellement l’intégralité des coûts liés à la police, soit la Gendarmerie royale du Canada (GRC), dans les municipalités de moins de 5000 habitants. En 2018, l’Alberta a dû débourser 232 millions de dollars.

Les 291 comtés et localités concernés représentent environ 20 % de la population albertaine.

De hauts fonctionnaires ont présenté aux représentants des municipalités un modèle potentiel, avec plusieurs options de calcul qui obligeraient les petites municipalités à régler entre 15 % et 70 % de la facture.

Pas encore de décision

Marlin Degrand, directeur général du service chargé de l’application de la loi au ministère albertain de la Justice, a expliqué à cette occasion qu’aucune décision n’avait été prise, mais que le modèle présenté pourrait être mis en oeuvre par décret, après l’adoption d’une modification de la loi à l’automne.

C’est une nouvelle promesse brisée par ce premier ministre, a lancé la chef de l’opposition officielle, la néo-démocrate Rachel Notley.

Elle calcule que ce changement pourrait coûter aux municipalités jusqu’à 406 $ par habitant.

Ça n’est pas rien, 406 $ par an, alors que les Albertains se sont fait promettre un gouvernement qui allait leur rendre la vie moins chère et qui allait en faire plus dans la lutte contre la criminalité en milieu rural.

Rachel Notley, chef du NPD de l'Alberta

Une porte-parole du ministre de la Justice assure qu’il n’y aura aucune baisse pour le financement de la police.

Dans une réponse écrite, le ministre, Doug Schweitzer, accuse les néo-démocrates de répandre des accusations infondées pour semer la peur dans les régions rurales.

Notre gouvernement s’est engagé auprès des Albertains à faire des consultations sur le modèle de financement des services de police, rappelle-t-il. Ces consultations figurent effectivement dans la plateforme des conservateurs.

Les municipalités s'y opposent

Le président de l’Association des municipalités rurales, Al Kemmere, se dit toutefois surpris de la vitesse à laquelle c’est arrivé.

En l’état, son organisation s’oppose aux propositions du gouvernement, explique-t-il, notamment en raison de l’ampleur de la facture potentielle.

Ça pourrait représenter des centaines de milliers de dollars pour certaines des municipalités.

Al Kemmere, Association des municipalités rurales de l’Alberta

Son association s'est résignée au fait que les municipalités participeront financièrement à la lutte contre la criminalité, explique-t-il. Mais il voudrait que la discussion porte également sur des changements dans la façon dont la police travaille.

De son côté, l’Association des municipalités urbaines de l’Alberta propose depuis longtemps que toutes les municipalités financent le maintien de l’ordre.

Alberta

Forces de l'ordre