•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raif Badawi aurait entrepris une nouvelle grève de la faim

Le blogeur Raif Badawi

Le blogeur Raif Badawi

Photo : Radio-Canada

Charles Beaudoin

Pour contester les mauvais traitements qu'il subirait en prison, le blogueur Raif Badawi aurait de nouveau entamé une grève de la faim, selon sa conjointe réfugiée à Sherbrooke, Ensaf Haidar.

Les autorités saoudiennes auraient notamment retiré les livres et les médicaments du prisonnier d'opinion, emprisonné depuis 2012 pour ses propos tenus sur le site Free Saudi Liberals qui aurait offusqué le droit saoudien basé sur la charia et la loi islamique. 

Une grève, ça veut dire que c'est très difficile pour Raif, note Ensaf Haidar, qui a appris la démarche de son mari lors d'un appel téléphonique mardi.

Il s'agirait d'une quatrième tentative pour Raif Badawi, qui avait déjà protesté par le jeûne en décembre 2015 et lors des mois de janvier et juin 2016.

L'organisme de défense des droits de la personne dans le monde, Amnistie internationale, ne pouvait corroborer l'information en matinée jeudi.

Les candidats se prononcent

À quelques semaines de l’élection fédérale, les candidats dans la circonscription de Sherbrooke ont été appelés à se prononcer sur les actions qu’ils comptent entreprendre dans ce dossier s’ils sont portés au pouvoir.

Le député sortant et candidat pour le NPD, Pierre-Luc Dussault, indique qu’il réitère la demande formulée depuis plusieurs années par son parti.

Ce qu’on demande c’est de donner la citoyenneté à Raif Badawi. Ça fait partie de nos demandes qui pourraient aider la situation, affirme M. Dussault.

Le candidat du Parti conservateur, Dany Sévigny, indique pour sa part que la solution, selon lui, passe par la diplomatie.

On va demander la clémence à l’Arabie saoudite pour libérer Raif Badawi pour qu’il puisse venir rejoindre ici ses enfants et sa femme , souligne-t-il.

Au Bloc Québécois, Claude Forgues estime que le sort de Raif Badawi ne devrait pas être une question de partisanerie.

Il faut demander au gouvernement, quel qu’il soit de poursuivre ses démarches diplomatiques pour obtenir la libération de ce futur Sherbrookois qu’est Raïf Badawi, explique-t-il.

De son côté, la candidate libérale, Élisabeth Brière n’a pas accepté de nous accorder une entrevue en raison de son agenda chargé ces jours-ci.

Avec les informations de Mélissa Fauteux

Estrie

Droits et libertés