•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bars de Hells Angels : trois personnes accusées de vente d’alcool sans permis

Un membre des Hells Angels.

La police de Winnipeg a effectué une perquisition dans deux bars des Hells Angels et a mis en accusation trois hommes pour vente d'alcool sans permis.

Photo : Getty Images / Christopher Furlong

Radio-Canada

Trois personnes ont été accusées d’avoir contrevenu à la Loi sur la réglementation des alcools, des jeux et du cannabis en vendant de l’alcool sans permis, à la suite de perquisitions de la police de Winnipeg dans deux bars de Hells Angels au Manitoba. 

Les perquisitions se sont déroulées après que la police eut reçu des informations, selon lesquelles les Hells Angels vendaient de l’alcool sans détenir de permis dans deux bars situés dans les municipalités rurales de Rosser et de Springfield.

Selon les déclarations sous serment de la police, les informateurs ont indiqué aux enquêteurs qu’il y avait des prix fixes pour l’alcool dans ces bars. Les Hells Angels pensaient se mettre à l’abri d’enquêtes policières en indiquant sur des affiches le mot don .

Ces détails, qui ont été mis sous scellés par un juge de la cour provinciale en décembre, ont récemment été partiellement rendus publics. Certaines informations demeurent confidentielles pour protéger l’identité des informateurs. 

Selon l’affidavit de la police, les bars annonçaient qu’ils ne vendaient pas les boissons alcooliques et non alcooliques et invitaient les clients à faire un don de 3 $ ou de 5 $ aux Hells Angels. 

Le groupe de motards versait cet argent dans un compte de banque où étaient également déposées les recettes de leurs ventes de vêtements. 

 Le solde de ce compte s’élevait à plus de 60 000 $, selon la déclaration sous serment de la police. 

Le document indique que les policiers ont vérifié les informations auprès d’agents des unités d’enquête sur le crime organisé. Ces derniers avaient déjà observé un des bars au moment de procéder à l’arrestation d’un suspect dans une maison de la rue Redonda en 2017.

Trois photos d'une femme portant des vêtements des Hells Angels, avec des frigos en arrière-plan.

La police de Winnipeg a vu des photos du réfrigérateur bien rempli d’un des bars dans une page Facebook d’un membre potentiel des Hells Angels. On voit aussi ces frigos à l’arrière-plan de photos d’une femme portant des vêtements des Hells Angels qui apparaissent sur le site web des Nomads du Manitoba.

Photo : Cour provinciale du Manitoba

Les policiers ont aussi vu des photos du réfrigérateur bien rempli d’un des bars dans une page Facebook d’un membre potentiel des Hells Angels. On voit ces frigos à l’arrière-plan de photos d’une femme portant des vêtements des Hells Angels qui apparaissent sur le site web des Nomads du Manitoba.

Si les Hells Angels veulent de l’argent pour une consommation, ils en auront, peu importe si cet argent est versé dans un bocal ou donné à quelqu’un dans un stationnement, affirme le journaliste aux affaires criminelles du Toronto Star et spécialiste du crime organisé, Peter Edwards.

Après les perquisitions effectuées en décembre, les policiers ont porté des accusations contre trois hommes. Dale Donovan, qui se fait maintenant appeler Kelland et qui est le président des Manitoba Nomads, une section des Hells Angels, Lorne Corlett, un membre en règle du groupe de motards, et Cameron Barron, un membre potentiel.

Être accusé de vente d’alcool sans détention de permis pourrait valoir à ces derniers une amende de 100 000 $ ou plus, une peine d’un an de prison et la confiscation de tout matériel saisi par les forces de l’ordre. 

Des perquisitions à travers le pays

Les documents déposés en cour expliquent que la police dit avoir obtenu des photographies d’autres services de police au pays qui ont procédé à des descentes semblables. 

Les perquisitions ont eu lieu à Kelowna en Colombie-Britannique, ainsi qu’à Sudbury, à Ottawa et à Toronto, en Ontario.

Des « boîtes de dons » se trouvent sur un comptoir d'un bar des Hells Angels et on voit une affiche stipulant « dons uniquement » au-dessus des frigos.

Un mandat de perquisition a été conduit le 21 décembre 2017 au « clubhouse » des Red Devils d'Ottawa et des Nomads de l'Ontario. Les photographies montrent l’existence de « boîtes de dons » dans des bars des Hells Angels et d'affiches mentionnant « dons uniquement » au-dessus des frigos.

Photo : Cour provinciale du Manitoba

Selon la police, toutes les sections des Hells Angels au pays se conforment aux mêmes règles et structures. Les Hells Angels ont des règles à l'échelle mondiale, nationale ainsi que des règles par section. 

C’est une organisation très complexe avec des financements importants, alors c’est très difficile pour la police de prendre des mesures contre elle, dit le professeur adjoint au département d'économie, de justice et d’étude politique à l’Université Mount Royal de Calgary, Kelly Sundberg.

La police est limitée par l’espace et un budget. Ce n’est pas le cas des Hells Angels.

Kelly Sundberg, professeur adjoint au département d'économie, de justice et d’étude politique à l’Université Mount Royal de Calgary

Kelly Sundberg affirme que les approches juridiques sont l’un des seuls outils que la police détient pour combattre des organisations comme celles-ci. 

Nous espérons qu’en adoptant des réglementations contre l’organisation nous découvrirons un acte criminel, ce qui ouvrira la porte à une enquête criminelle et pourra nous permettre de les poursuivre avec des accusations plus importantes, dit-il.

Peter Edwards comprend pourquoi la police tient à prendre des mesures sévères contre les Hells Angels dès qu’elle en a l’occasion, mais croit que cette enquête ne fera que susciter de la sympathie à leur égard. 

Ils ne garderont pas de tas de cocaïne sur la table de leur bar.

Peter Edwards, journaliste aux affaires criminelles du « Toronto Star » spécialiste du crime organisé

En 2014, le Manitoba a été le premier gouvernement d’Amérique du Nord à considérer les Hells Angels comme une organisation criminelle. L’Ontario et la Colombie-Britannique lui ont ensuite emboîté le pas. 

Les Hells Angels ont des antécédents de violence importants au Canada, parmi lesquels le meurtre de deux gardiens de prison au Québec en 1997. 

Dans les années 1990-2000, la section québécoise de l’organisation était en guerre contre les membres du groupe de motards, les Rock Machine. Ce conflit a contribué à environ 150 meurtres au cours de la décennie, selon la Gendarmerie royale du Canada. 

Kelly Sundberg soutient que les Hells Angels travaillent à améliorer leur image en organisant notamment des campagnes de financement pour des associations caritatives. 

Ils ont fait un excellent travail pour mettre de côté ces activités criminelles et montrer au public qu’ils font partie d’une organisation légitime, dit-il. 

CBC a tenté de contacter les Hells Angels, mais n'a obtenu aucune réponse.

Avec les informations de Caroline Barghout, CBC News

Manitoba

Crimes et délits