•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de garçons que de filles diplômés de l'École nationale de ballet du Canada

Trois jeunes danseurs de ballet à l'entraînement tiennent la barre d'une main tout en levant un pied dans les airs.

Des diplômés de l'École nationale de ballet du Canada.

Photo : CBC

Radio-Canada

Pour la première fois de son histoire, les rangs des diplômés de l'École nationale de ballet du Canada à Toronto comptent plus de garçons que de filles cette année.

En effet, le groupe de finissants de l'institution fondée il y a 60 ans est formé de 16 garçons et de 11 filles.

L'un de ces diplômés Benjamin Alexander est surpris du changement.

Il raconte qu'il n'était pas facile pour lui d'apprendre le ballet lorsqu'il grandissait dans la région de Chatham-Kent, dans le Sud-Ouest de la province.

À l'école, tout le monde allait à une pratique de hockey ou de baseball et j'étais là avec mes chaussons de ballet. Je me sentais très seul.

Benjamin Alexander, danseur de ballet

Le jeune homme de 16 ans dit avoir été inspiré par sa soeur qui pratiquait la danse.

Après avoir reçu son diplôme, il espère se joindre à une compagnie de danse professionnelle, comme la Dutch National Ballet Academy à Amsterdam.

Son camarade de classe Andrew Larose, 17 ans, raconte qu'il a eu la piqûre de la danse en voyant Michael Jackson, mais qu'il était fasciné par la grâce du danseur de ballet russe Mikhail Baryshnikov.

Dès l'âge de 12 ans, je savais que le ballet était ce que je voulais faire pour le reste de ma vie, dit-il.

Grâce à Billy Elliot

La directrice et PDG de l'École nationale de ballet, Mavis Staines, affirme que l'institution a entre autres parrainé des programmes de danse avec des écoles publiques pour exposer plus de garçons au ballet.

Elle attribue également l'engouement plus élevé pour le ballet chez les garçons à la popularité du film et de la comédie musicale Billy Elliot.

Pendant longtemps en Amérique du Nord, particulièrement au Canada, les parents, spécialement les pères, ne pouvaient pas imaginer leur fils comme danseur, dit-elle. Ces changements prennent du temps.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Danse