•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Places en CHSLD : jusqu’à 300 % plus d’attente depuis un an dans l’Est-du-Québec

Une dame dans un fauteuil roulant dans le couloir d'un CHSLD

Des aînés dans un CHSLD

Photo : Radio-Canada

Laurence Royer
Alix-Anne Turcotti

Le nombre de personnes en attente d’une place en CHSLD a augmenté de 240 % sur la Côte-Nord et de 300 % au Bas-Saint-Laurent. Contrairement aux syndicats et aux organismes de défense des usagers, les directions des centres de santé ne s’inquiètent pas outre mesure de ces données.

Selon des chiffres obtenus par Radio-Canada, le nombre de personnes en attentes d’une place en CHSLD sur la Côte-Nord est passé de 15 à 51 depuis l’arrivée au pouvoir de la CAQ.

Le vice-président régional à la Fédération de la santé et des services sociaux de la région pour la CSN, Steve Heppell, n’est pas surpris par ces données. Selon lui, cette augmentation serait directement en lien avec le sous-financement du système de santé.

Ça veut dire que le gouvernement, maintenant qu’il est en place depuis un an, il n’a pas fait d’investissement pour créer des places dans le public pour les personnes en perte d’autonomie, déclare-t-il. Et, lorsque les libéraux étaient au pouvoir, ils ont créé des déficits au niveau du budget et du financement du réseau de la santé et des services sociaux, ajoute-t-il.

Par ailleurs, les maisons des aînés promises par la nouvelle ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, n’impressionnent guère Steve Heppell. Il estime que les aînés de la Côte-Nord ont besoin de gestes concrets maintenant.

C’est aussi l’avis du président du comité des usagers pour le CISSS de la Côte-Nord à Sept-Îles, Jean-Edmond Boudreault. Il croit que si les maisons des aînés de la CAQ doivent améliorer la situation, ce sera seulement à long terme.

Jean-Edmond Boudreault croit aussi que les régions éloignées souffrent davantage de ce manque de place et de ressources dans les CHSLD.

Le territoire est grand. Mme Blais, il faudrait aussi qu’elle pense aux régions éloignées, c’est très, très important. On a du monde qui sont fatigués d’attendre, des gens qui sont à bout de souffle. Il faut absolument que la ministre et le CISSS Côte-Nord fassent du travail.

Il accorde une entrevue à Radio-Canada.

Le président du comité des usagers pour le CISSS de la Côte-Nord à Sept-Îles, Jean-Edmond Boudreault

Photo : Radio-Canada

Des données pas si inquiétantes

De son côté, le conseiller en communication du CISSS de la Côte-Nord, Pascal Paradis, précise que le nombre de personnes en attente d’une place en CHSLD pourrait être revu à la baisse. Plusieurs dossiers de patients doivent encore être évalués, dit-il.

On est à valider ce qui peut expliquer la hausse. On doit valider les profils des personnes puis on va voir ensuite si c’est ce qui explique la hausse. Il y a des gens qui ont été qualifiés en tant que profil CHSLD, mais ils devraient recevoir d’autres services comme du soutien à domicile ou un hébergement dans d’autres types de ressources.

Même son de cloche du côté de la direction du CISSS du Bas-Saint-Laurent, où le nombre de personnes sur la liste d’attente est passé de 8 à 32.

Le directeur du programme de soutien à l'autonomie des personnes au CISSS, Frédéric Gagnon, est satisfait de ce nombre, même s'il s'agit d'une augmentation entre octobre 2018 et août 2019.

On est dans les meilleurs au Québec actuellement, tant au niveau du délai d’accès, on est parmi le peloton de tête, mais également parmi le nombre de personnes en attente, fait valoir Frédéric Gagnon. Quand même, une trentaine de personnes en attente, le maximum, la pointe que l’on a eu dernièrement quand on compare avec les autres régions au Québec on est parmi les meilleurs.

Gros plan sur une personne âgée qui tient les mains d'une personne plus jeune.

L'entraide entre les générations entraîne de nombreux bienfaits.

Photo : iStock

La porte-parole du comité Mes Soins restent ici au Kamouraska, la Dre Marie-Ève Fromentin, n’est pas de cet avis. Elle estime même que les chiffres sont sous-estimés.

Les patients qui sont sur une liste d’attente en CHSLD, ce sont uniquement les personnes qui ont été évaluées. On sait que les délais pour une évaluation sont très longs, donc je pense que les chiffres actuels sont même sous-estimés par rapport à la réalité, déclare-t-elle.

En Gaspésie l’augmentation s’élève seulement à 15 %.

Avec les informations de François Robert

Côte-Nord

Santé