•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eugene Melnyk devant les tribunaux pour récupérer son jet

Eugene Melnyk soucieux.

Flightpath Charter Airways a réclamé 693 524,19 $ pour l'exploitation, l'entretien et l'entreposage d'un jet appartenant à la compagnie d'Eugene Melnyk, Clean Beauty Collective.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa, Eugene Melnyk, a dû se présenter devant la Cour pour récupérer le jet privé de sa compagnie que lui avait confisqué une compagnie aérienne en raison d'une dette impayée.

Selon des documents judiciaires déposés en juillet, Flightpath Charter Airways a réclamé 693 524,19 $ pour l'exploitation, l'entretien et l'entreposage du biréacteur Bombardier Challenger 604 appartenant à Clean Beauty Collective, une entreprise dont M. Melnyk est le propriétaire.

Flightpath a inscrit une hypothèque légale sur l'avion dans le but de récupérer son argent.

Flightpath a présenté une demande de vente de l'avion de M. Melnyk dans l'intention de rembourser les créanciers qui n'ont pas été payés, a déclaré l'avocate de Flightpath, Heather Devine, dans un courriel envoyé à CBC/Radio-Canada.

Dans les documents juridiques déposés, Flightpath a déclaré qu'elle considérait que la compagnie de M. Melnyk devait également de l'argent à une foule d'autres compagnies, dont l'Administration de l'aéroport international d'Ottawa, l'Administration portuaire de New York et du New Jersey et NAV Canada, société de navigation établie à Ottawa. Les compagnies ont refusé de fournir un commentaire à CBC/Radio-Canada à ce sujet.

Pendant des mois, il [Eugene Melnyk] a fait voler l'avion, a exigé que [Flightpath] gère et exploite l'avion, mais n'a pas payé l'assurance, NAV Canada, le carburant, les pilotes, la formation des pilotes, la maintenance, le ravitaillement et la réparation sans explication ni justification, peut-on lire dans les dossiers judiciaires déposés par Flightpath.

Montants « gonflés »

La société de M. Melnyk conteste les montants dus, les qualifiant d'« incorrects et gonflés » dans une requête en justice.

Dans un courriel à CBC/Radio-Canada, l'avocat de M. Melnyk, Robert Brush, a reconnu qu'un différend s'était développé au sujet des factures de Flightpath, mais la compagnie de M. Melnyk a volontairement payé au tribunal le montant total que Flightpath prétend lui être dû.

Cet argent restera dans un compte contrôlé par le tribunal jusqu'à ce qu'un juge statue sur le litige, a écrit maître Brush.

Heather Devine a confirmé mercredi que la requête de son client pour vendre l'avion avait été retirée.

On ne sait pas si M. Melnyk a utilisé l'avion depuis.

Un casino américain poursuit aussi M. Melnyk en justice

Un casino du Connecticut poursuit actuellement M. Melnyk pour plus de 900 000 $.

Le 9 juillet, Mohegan Sun a intenté une action en justice à Uncasville (Connecticut), affirmant que M. Melnyk avait tenté de les payer par traites bancaires au cours d'un week-end d'hiver en 2017.

Le casino veut récupérer cet argent, plus 15 000 $ en dommages, frais et intérêts.

L'avocat de Eugene Melnyk, Sheldon Plener, a indiqué dans un courriel qu'il s'attendait à un « résultat rapide » pour ce qui est d'un différend vieux de presque deux ans et demi, et il ne voulait pas en dire plus.

Aucune des allégations concernant le litige relatif à l'avion ou au casino n'a été étayée par des preuves devant les tribunaux.

Avec les informations de Idil Mussa

Ottawa-Gatineau

Affaires