•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les usagers de la STTR pestent encore contre les changements

Une cinquantaine d'usagers de la STTR venue faire connaître leur mécontentement en raison de la mise en place du nouveau réseau

Une cinquantaine d'usagers de la STTR venue faire connaître leur mécontentement en raison de la mise en place du nouveau réseau

Photo : Radio-Canada

Pierre Marceau

Les usagers de la Société de transport de Trois-Rivières ne décolèrent pas. Découragement et incompréhension résument assez bien l’état d’esprit de la cinquantaine de citoyens présents.

Des horaires non respectés sur plusieurs circuits, un service à la clientèle déficient en dehors des heures normales de bureau sans compter les doléances habituelles depuis l’instauration du nouveau réseau de la Société, les membres du conseil d’administration recevaient hier soir (mercredi) la somme de toutes les frustrations des usagers.

Les deux heures de commentaires, de questions et surtout de critiques se comparent presque en tout point aux précédents exercices de consultations tenues depuis la mise en place du nouveau réseau.

« J’ai l’impression de parler dans le vide, » nous a confié un participant. Un autre considère : « Qu’il est clair que l’administration Lévesque a investi dans le béton, mais pas dans les services et qu’on en paye le prix aujourd’hui. » Plusieurs s’interrogent aussi sur la décision de concentrer les services autour de l’Université et du Cégep. « Ça marchait bien avant et là pour les étudiants tout change. Ça n’a pas de bon sens, » a crié une des participantes.

D’autres usagers en ont contre la décision de mieux desservir les secteurs éloignés comme Pointe-du-Lac et Saint-Louis-de-France. « Vous avez démoli le système au centre qui marchait bien pour favoriser les extrémités de la ville, mais vos autobus sont encore plus vides. »

Le président de la STTR et conseiller municipal Luc Tremblay a dit que les nouveaux trajets étaient de plus en plus populaires sans toutefois  donner de chiffres officiels puisque le système de décompte des passagers est hors d’usage la plupart du temps. « Le système informatique est entre les mains d’une firme externe et devrait bientôt être réparé, » précise Luc Tremblay.

Malgré toutes les doléances et les ratés du système, le président espère toujours que ces changements amélioreront le service dans le futur. « Je suis convaincu que ça va augmenter l’achalandage dans les prochaines années. » En ajoutant que : « De grands bouleversements génèrent de grands problèmes et qu’ils faut les régler un à un. »

Pas question de revenir en arrière.

En fin de séance, un citoyen demande s’il ne serait pas plus sage de revenir à l’ancien système et d’admettre l’erreur. Claude Ferron, le conseiller municipal du district des Rivières avoue alors que le conseil y a pensé, « mais que ça coûterait tellement cher de revenir en arrière, » et que dans l’état actuel des finances de la STTR cette solution ne tenait pas la route.

Est-ce que la STTR peut espérer recevoir plus d’argent du Conseil municipal pour la prochaine année?

« Pas certain, » répond le président Tremblay. « On a tellement de demandes à gauche et à droite, le prochain budget de la ville sera un véritable casse-tête. Tout le monde tire sur la couverture. »

La STTR sous financé par rapport à Sherbrooke

« Je le dis depuis le début. On est tellement en retard sur le transport, que ça va être difficile de rattraper ça, » nous dit le président de la STTR. Bien conscient que ces homologues sherbrookois bénéficient de 15 millions de dollars par année, alors qu’à Trois-Rivières, la STTR ne reçoit qu'un maigre 5 millions de dollars de la part de la ville.

Mauricie et Centre du Québec

Société