•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire campagne dans le fief de Doug Ford, mais sans lui

Il parle dans un micro.

Le chef conservateur Andrew Scheer a fait campagne dans le fief du premier ministre ontarien, mais sans l'avoir à ses côtés.

Photo : Radio-Canada

Louis Blouin

Le chef conservateur Andrew Scheer était à 300 mètres de la maison de Doug Ford mercredi. Malgré tout, le premier ministre ontarien n’était pas là pour écouter son discours dans un local de campagne d’Etobicoke-Centre.

C’est que le nom Ford n’est pas très utile ces jours-ci. Le militant conservateur Peter Mitchell, lui, était présent pour écouter Andrew Scheer. À son avis, il est préférable que M. Ford adopte « un profil bas ».

Je pense que c’est mieux que M. Ford ne soit pas venu ce soir pour éviter la confusion entre le parti provincial et le parti fédéral.

Peter Mitchell, militant conservateur

Devant l’impopularité de Doug Ford, l’équipe d’Andrew Scheer tente de dresser un mur entre le Parti conservateur du Canada et le gouvernement de l'Ontario.

Un peu plus loin dans la salle, l’Ontarienne Stacy Kennedy nous explique qu’elle est incapable de dissocier les deux leaders.

Cette mère d’un garçon autiste a vécu de plein fouet les compressions du gouvernement Ford. Les services aux familles comme la sienne ont été « décimés », dénonce-t-elle.

Les Ontariens sont en colère. Je suis en colère.

Stacy Kennedy, mère d'un enfant autiste

Son ressentiment envers le gouvernement Ford a un impact sur sa perception d’Andrew Scheer et du mouvement conservateur en général.

Mme Kennedy est venue écouter les propos du chef fédéral pour tenter de se forger une opinion. Je ne suis pas convaincue, confie celle qui a déjà voté conservateur par le passé.

Les promesses d’aide aux familles faites par Andrew Scheer lui paraissent insuffisantes.

Un allègement fiscal de 850 $ n’aide pas ma famille, quand on considère que les politiques de Doug Ford nous ont coûté 3000 $ jusqu’ici, explique la mère de famille.

Notre dossier Élections Canada 2019

Ruth Abraham, qui a travaillé pour la campagne de Doug Ford, est quant à elle déçue que ce dernier soit absent. J’aurais cru que M. Ford serait là ce soir, c’est son quartier, souligne-t-elle, étonnée.

Selon elle, les Ontariens sont capables de différencier les deux hommes et leurs politiques. Mme Abraham estime que les libéraux ont tort d'établir des parallèles entre eux.

Il n’y a aucune corrélation à faire entre les deux, ajoute-t-elle.

La militante rappelle que M. Scheer vient d’un foyer modeste, alors que M. Ford a grandi dans une famille riche.

Ces différences ne semblaient pas dissiper entièrement le malaise dans ce local de campagne d'Etobicoke.

L’absence de Doug Ford démontre qu’il en est clairement conscient. Je suis trop occupé à gouverner, je ne fais pas campagne, disait le premier ministre ontarien mardi.

Politique fédérale

Politique