•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc québécois connaît-il un regain de vie?

Le chef du Bloc québécois pose en compagnie de candidats et de bénévoles.

Les candidats et bénévoles de la campagne du chef bloquiste Yves-François Blanchet lors de son investiture au Centre culturel et communautaire de la Pointe-Valaine, à Otterburn Park.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Julie Marceau

Le Bloc québécois multiplie les annonces au nord et au sud de Montréal ces jours-ci, espérant remettre la main sur d’anciens bastions bloquistes comme Beloeil-Chambly, où le chef Yves-François Blanchet tente de se faire élire. Mais sur le terrain, plusieurs indices laissent croire que le chef et le parti ont une bonne pente à remonter.

Jour 8 de la campagne.

Yves-François Blanchet est chaleureusement accueilli vers 15 h par les propriétaires d’un café de Mont-Saint-Hilaire. Mais la plupart des clients ignorent de qui il s'agit.

– « Le connaissez-vous? » demande l'auteure de ces lignes.

– « Non », répondent Samuel Duchesneau et Manon Devin, 27 et 24 ans, des résidents de Saint-Mathias-sur-Richelieu.

– « Est-ce que le nom d’Yves-François Blanchet vous dit quelque chose? » ajoutons-nous pour les aider.

– « Non... », enchaînent-ils.

Le politicien est à moins d’un mètre.

Le chef Yves-François Blanchet et son équipe font une pause dans un café à Mont-Saint-Hilaire.

Le chef Yves-François Blanchet et son équipe ont fait une pause dans un café à Mont-Saint-Hilaire avant d'aller officialiser sa candidature auprès d'Élections Canada.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Un peu plus loin dans le café, des citoyennes, qui préfèrent ne pas être identifiées, discutent devant une fenêtre au travers de laquelle on voit l’autobus du parti.

– Connaissez-vous ce monsieur qui visite le café?

– « Son visage nous est familier, mais on ne sait pas pourquoi! » s'exclame l’une d’elles.

– « C’est M. Blanchet! », répond une autre, « mais son prénom… je ne sais pas… »

Le chef du Bloc québécois assure être connu dans la région. Il faut dire qu’il accumule les visites dans la circonscription depuis qu’il a pris la tête du parti cet hiver. Il s’est même loué un appartement à Beloeil, en plus de sa résidence de Shawinigan.

« Je n’ai pas de problème de notoriété dans la circonscription. Je vous invite à poser la même question sur les autres candidats », répond-il.

Notre dossier Élections Canada 2019
Un homme consulte son téléphone intelligent devant son autobus de campagne électorale.

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet devant son autobus de campagne à la suite du dépôt officiel de sa candidature dans la circonscription de Beloeil-Chambly.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Nous questionnons des citoyens après la mêlée de presse, devant l’autobus du parti :

Connaissez-vous Justin Trudeau et Andrew Scheer? « Oui! »

Connaissez-vous Jagmeet Singh? « Oui, c’est celui avec le turban! »

Connaissez-vous Yves-François Blanchet? « Non », répond une citoyenne, avant que son mari n'ajoute : « Oui, oui, c’est le Bloc québécois! Je suis indépendantiste! »

La formation souverainiste mise particulièrement sur Beloeil-Chambly et Laurentides-Labelle pour grossir ses troupes à Ottawa, composées de 10 députés à la dissolution du Parlement.

Quelques jours auparavant, à Mont-Laurier, le chef bloquiste avait confié avoir songé à se présenter dans Laurentides-Labelle, cet ancien bastion bloquiste emporté par la vague orange de 2011, que les libéraux ont arrachée en 2015.

Il dit s’être ravisé devant la candidature de Marie-Hélène Gaudreau, directrice d'un organisme communautaire dans la région et ancienne attachée de presse de l'ex-députée bloquiste Johanne Deschamps.

Une citoyenne fait l'accolade au chef bloquiste Yves-François Blanchet.

Une citoyenne, Marie-France Blais, qui s'est approchée par curiosité de la conférence de presse du Bloc à Mont-Laurier, a échangé quelques mots avec le chef après, lui assurant qu'il aurait son vote.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Lundi matin. Une citoyenne venue voir par curiosité la conférence de presse du chef bloquiste à Mont-Laurier tient à nous confier que la formation politique aura son vote.

« Moi, j’ai décroché durant le temps de Martine Ouellet, parce que ça ne représentait plus ce que j’étais comme partisane. Quand j’ai entendu M. Blanchet, ça m’a donné un oumf... C’est très stimulant, j’ai même envie de m’impliquer, de faire du bénévolat, ça m’a donné un regain », dit Marie-France Blais.

« J’ai jamais vu ça, autant d’enthousiasme […] les gens nous envoient la main dans la rue, on se fait klaxonner [et dire] on est avec vous autres! Les gens savent que notre job c’est de les défendre, eux, et personne d’autre », affirme Simon Marcil, candidat et député sortant de la circonscription de Mirabel.

Ce n’est pas le parti de votre grand-père.

Marc-Olivier Neveu, jeune militant du Bloc québécois

Marc-Olivier Neveu, 19 ans, croit que les jeunes progressistes qui ont choisi Québec solidaire aux élections provinciales pourraient voter pour le Bloc québécois.

Marc-Olivier Neveu, un jeune militant du Bloc québécois

Marc-Olivier Neveu, un jeune militant du Bloc québécois

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

« Ils voient une suite logique avec le Bloc […] ils commencent à voir c’est quoi le visage du Parti vert et ils voient que le NPD, dans le fond, n’a rien fait. Il n’y a toujours pas de candidat du NPD ici dans Rivière-du-Nord », souligne-t-il en marge de l’inauguration du local électoral de Rhéal Fortin.

« Nous, on est très satisfaits de la campagne qui est menée, on sent qu’il y a un regain d’énergie, on sent que les jeunes sont très présents et intéressés par ce qui se passe au Bloc québécois. Moi, j’entends des jeunes me dire : "Ah! C’est la première fois que j’envisage de voter Bloc" », affirme pour sa part Camille Goyette-Gingras, l’ex-présidente du Forum jeunesse du Bloc québécois qui animait cette semaine un souper-bénéfice pour le candidat Denis Trudel.

Camille Goyette-Gingras l’ex-présidente du Forum jeunesse du Bloc québécois.

Camille Goyette-Gingras, l’ex-présidente du Forum jeunesse du Bloc québécois, participait à un souper-bénéfice dans Longueuil-Saint-Hubert, pour la candidature du bloquiste Denis Trudel.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Mercredi soir, pour l’investiture du chef dans Beloeil-Chambly, la salle était pleine à craquer.

« Je passe la moitié de ma vie à rêver, l’autre à essayer de réaliser mes rêves », a déclaré Yves-François Blanchet.

« Je ne vous ferai qu’une seule promesse, si vous m’accordez votre confiance, jamais, jamais vous n’aurez à le regretter », a-t-il conclu.

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet prend son petit-fils dans ses bras.

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet lors de son investiture mercredi soir dans Beloeil-Chambly en compagnie de plusieurs membres de sa famille, dont son petit-fils.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Politique fédérale

Politique