•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bains dans les foyers de soins : Blaine Higgs ne se mouille pas

Deux dames âgées se déplacent en fauteuil roulant dans un couloir d'un foyer de soins.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick ne prend pas position sur la question des conditions de travail dans les foyers de soins.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Radio-Canada

Même si la question des conditions de travail dans les foyers du Nouveau-Brunswick est sur toutes les tribunes ces jours-ci, le premier ministre Blaine Higgs ne précise pas en entrevue s'il juge la situation acceptable ou non. Il a plutôt indiqué qu'il faut déterminer une norme à suivre dans ces établissements qui serait juste et équitable pour tous.

Quelques employés de foyers de soins et des familles de résidents ont dénoncé des conditions de travail inacceptables dans ce secteur et qui nuisent à la qualité des soins offerts aux résidents.

Ne penchant ni vers un camp ni vers l'autre, Blaine Higgs s'est prononcé sur la question de façon très prudente.

Un bain dans un foyer de soins.

Les résidents de la Villa du repos doivent normalement bénéficier d'un bain complet une fois par semaine.

Photo : Radio-Canada

Il croit qu'il faudrait examiner tous les aspects des activités opérationnelles dans ces établissements. Un des exemples qu'il a utilisés pour illustrer ses propos est le nombre d'heures qui devraient être consacrées à prodiguer des soins aux résidents.

Le premier ministre croit aussi que les problèmes de recrutement et de rétention du personnel dans les foyers de soins ne découlent pas seulement du salaire offert.

Blaine Higgs le 15 mai 2019 à l'Assemblée législative devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick et du Canada.

Blaine Higgs

Photo : Radio-Canada

Ce n'est pas juste une question de salaire. C'est bien plus que ça.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

 Nous entendons différentes histoires quant à la qualité des soins. Des foyers sont vraiment bons, d'autres n'obtiennent pas les mêmes résultats. Alors, comment peut-on apprendre l'un de l'autre? a-t-il indiqué.

Blaine Higgs croit tout de même qu'un changement positif peut être fait rapidement. À son avis, c'est en examinant les différentes certifications des préposés aux soins, des infirmières auxiliaires et des infirmières ainsi que le nombre de ces employés qu'une solution durable sera trouvée. Il faudra aussi, selon M. Higgs, vérifier si le travail est bien adapté aux besoins de chacun des résidents.

Il croit que le nombre d'heures consacrées aux résidents devrait être du cas par cas.

« Je ne crois pas qu'il y ait un modèle applicable à tous les résidents, alors évaluons les différences pour s'assurer que les résidents reçoivent le nombre d'heures de soins approprié pour leurs besoins », a ajouté Blaine Higgs.

Avec les renseignements de Wildinette Paul

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale