•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de médecins à Hay River, les soins sont assurés malgré tout

La façade extérieur de l’hôpital de Hay River en hiver.

L’hôpital de Hay River dans le sud des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Kirsten Murphy

Radio-Canada

Les autorités de la santé de Hay River, dans les Territoires du Nord-Ouest, font face à un manque de médecins, mais elles affirment que personne n’est privé de soins.

Comme le logement, la santé fait partie des enjeux importants des élections territoriales du 1er octobre. Et dans la troisième ville ténoise en termes de population, il y a un besoin criant de docteurs. L'hôpital de Hay River ne compte qu’un seul médecin permanent alors qu’il existe un budget pour en engager cinq.

Par ailleurs, plusieurs médecins et infirmières praticiennes se relaient pour assurer un service aux habitants de la ville de 3700 âmes. Selon le directeur médical du centre, David Wilson, deux à quatre docteurs sont présents chaque semaine.

Plan moyen d'Erin Griffiths et de David Wilson debout côte à côte devant les portes d'un immeuble.

Erin Griffiths, directrice générale de l’Administration des services de santé et des services sociaux de Hay River, et David Wilson, médecin permanent par intérim à l'hôpital de Hay River

Photo : Emily Blake/CBC

En dépit de cette situation critique, le médecin originaire de Vancouver garantit que les gens reçoivent les soins dont ils ont besoin.

Il y a différentes façons de voir les gens, mais même sans rendez-vous pris [...]. Si les gens ont besoin d'être auscultés, on les reçoit, généralement par le biais des services d'urgence. Ce n'est parfois pas pratique [...], mais les gens sont toujours reçus.

David Wilson, directeur médical, hôpital de Hay River

Pour le député de Hay River Nord, R.J. Simpson, le problème saute aux yeux. Il suffit d’aller dans n’importe quel café du coin pour entendre que les gens parlent de la qualité de soins de santé ici, raconte-t-il.

Les gens ont peur de tomber malades à Hay River. Les gens ont déménagé à cause du problème [d’accès aux] soins de santé.

R.J. Simpson, député, Hay River Nord

L’homme, qui a été élu par acclamation pour son deuxième mandat, est convaincu que l’une des solutions réside dans la structure des différentes autorités. Il croit en effet que l’autorité régionale de santé de Hay River devrait être fusionnée à la territoriale. Cet avis est partagé par son père et député de Hay River Sud, Rocky Simpson.

La peur de pénurie de personnel médical a été exacerbée cet été lorsque l’autorité sanitaire locale a annoncé que l’hôpital pourrait fonctionner avec un horaire réduit.

Le recrutement, un défi pancanadien

David Wilson souligne qu’attirer et retenir les médecins reste un défi qui s’observe à travers tout le Canada. Il concerte d’anciens médecins remplaçants pour parvenir à améliorer la situation à l’hôpital de Hay River. Toutefois, il note aussi que le fait de ne pas avoir accès aux mêmes ressources médicales à l’instar des autres grands hôpitaux peut dissuader certains médecins.

Par le bouche-à-oreille, nous joignons les anciens praticiens [...] pour voir s’ils veulent revenir et nous soutenir.

Erin Griffiths, directrice générale, Administration des services de santé et des services sociaux de Hay River

Pour sa part, Erin Griffiths, la directrice générale de l’Administration des services de santé et des services sociaux de Hay River, reconnaît aussi le problème de recrutement et assure utiliser les mêmes stratégies que celles [utilisées] durant l’été.

Avec les informations d'Emily Blake

Grand-Nord

Santé publique