•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travaux sur la Wellington : de la confusion en début de journée

La rue Wellington Nord sera fermée entre les rues Albert et Frontenac pendant quatre semaines.

La rue Wellington Nord sera fermée entre les rues Albert et Frontenac pendant quatre semaines.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La fermeture de la rue Wellington Nord, entre les rues Albert et Frontenac, a créé quelques situations difficiles en matinée, mercredi. Certains automobilistes ont dû faire demi-tour alors que de nombreux piétons ont dû reprendre leurs repères. Notre journaliste qui était sur place a même vu un signaleur se faire injurier par un citoyen en colère.

C’est préoccupant de voir des gestes de ce type-là se passer sur nos chantiers. Nous sommes en train d’investiguer sur ce qui s’est passé exactement, explique Jean-Pierre Fortier, Chef de division de la gestion des eaux et de la construction à la Ville de Sherbrooke.

De la confusion et de la frustration régnaient donc sur cette artère très fréquentée du centre-ville, mais pas de scène de chaos à signaler. Jean-Pierre Fortier pense même que la situation s’améliorera au bout de quelques jours.

Un signaleur sur la rue Wellington Nord, à Sherbrooke.

Un signaleur sur la rue Wellington Nord, à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Les gens doivent s’habituer.

Jean-Pierre Fortier, Chef de division de la gestion des eaux et de la construction à la Ville de Sherbrooke

La première, deuxième, troisième journée, il y a certaines difficultés. Mais la population doit comprendre que la rue Wellington Nord est fermée. Autant que possible, si on ne va pas directement dans ce secteur-là, [je les invite] à utiliser d’autres voies, continue l’employé de la Ville de Sherbrooke.

Pas d’inquiétude des commerçants du centre-ville

Alors que les travaux qui s’amorcent dès aujourd’hui sur la rue Wellington Nord vont rendre une partie de la rue inaccessible, les commerçants ne s’inquiètent pas outre mesure.

Travaux, pas travaux, venez-vous-en, lance d’emblée Catherine Sheehy, propriétaire de la boutique Piosa. C’est un petit peu moins jovial comme paysage, mais je pense que tout reste très accessible. Il y a deux entrées, il faut juste le savoir d’avance. En plus, durant les travaux, les stationnements sont gratuits. Alors, pourquoi pas en faire une raison pour venir au centre-ville?, souligne-t-elle.

Les gens du centre-ville y croient beaucoup. Ils savent que le meilleur s’en vient.

Rémi Demers, président de Commerce Sherbrooke.
Rémi Demers, président de Commerce Sherbrooke.

Rémi Demers, président de Commerce Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Pour Valérie Verhoef, gestionnaire à la brûlerie Faro, il va falloir une période d’adaptation pour tout le monde. C’est comme lorsqu’on fait des rénovations chez nous. Il y a une sorte de période tampon qui est plus ou moins agréable. C’est la même chose pour notre centre-ville. On va passer ce bout-là, tous ensemble et on va donner les informations nécessaires à nos clients pour se rediriger. Ça vaut le coup de passer au travers, continue Mme Verhoef.

Il y a beaucoup de négatif qui est véhiculé autour du centre-ville présentement. On essaie de briser ça, réagit de son côté Maxime Saumier Demers, copropriétaire du restaurant le Chevreuil.

L’accès aux restaurants est quand même facile durant la soirée. Je ne pense pas que ça soit un gros défi. Il faut juste bien communiquer avec les gens.

Maxime Saumier Demers, copropriétaire du restaurant le Chevreuil

C’est le début d’un grand projet qui est d’amener notre centre-ville à l’ère moderne. Ce sont des travaux majeurs. C’est un défi de taille. On essaie d’être le plus proche possible des commerçants, souligne pour sa part Rémi Demers, président de Commerce Sherbrooke. C’est le temps de venir voir les commerçants, les visiter et les encourager.

Les travaux visent à raccorder le réseau d'égout de la rue Meadow, qui est complètement fermée, à celui de la rue Wellington Nord et devraient durer quatre semaines, tout au plus, selon la Ville de Sherbrooke.

Estrie

Transports