•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan, terrain fertile pour les conservateurs, selon un sondage

Andrew Scheer, devant la queue d'un avion sur laquelle on peut lire le slogan du Parti conservateur.

La popularité d'Andrew Scheer et du Parti conservateur en Saskatchewan ne date pas d'hier (archives).

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

La Saskatchewan devrait une fois de plus être un château fort conservateur pour les prochaines élections fédérales, selon un sondage mené auprès de 400 Saskatchewanais, au début du mois de septembre.

Plus de 40 % des sondés prévoient de voter pour le parti du chef Andrew Scheer le 21 octobre prochain.

Ces résultats étaient prévisibles, selon le politologue de l’Université de l’Alberta Frédéric Boily. « Je pense que ça aurait pu être encore plus fort pour les conservateurs, mais je ne suis pas surpris. C’est connu, ils sont très populaires dans les Prairies. »

Informations sur le sondage :

  • Le laboratoire de recherche en sciences sociales de l'Université de la Saskatchewan a mené un sondage pour le compte de CBC/Postmedia au mois de septembre 2019 et a enquêté auprès de 400 Saskatchewanais joints par téléphone. La marge d’erreur est de + ou - 4,9 points de pourcentage, 19 fois sur 20).
  • Il a été réalisé avant le scandale du « brownface » qui éclabousse les libéraux depuis le 18 septembre

Lors des dernières élections fédérales, en 2015, les conservateurs avaient aisément raflé 10 des 14 sièges de la province. Le Nouveau Parti démocratique avait remporté trois circonscriptions, tandis que le Parti libéral du Canada, grâce au vétéran Ralph Goodale, avait conservé sa place au Parlement.

« Pour le Parti libéral, les possibilités de gain en Saskatchewan, en Alberta et dans les Prairies sont vraiment très localisées. En Saskatchewan, les libéraux ne sont pas une puissance », poursuit Frédéric Boily.

Intentions de vote des répondants :

  • Parti conservateur du Canada : 41,1 %
  • Nouveau Parti démocratique : 10,9 %
  • Parti vert du Canada : 8,1 %
  • Parti libéral du Canada : 4,9 %
  • Parti populaire du Canada : 1,6 %
  • Ne sait pas : 21,9 %


Source : CBC/Post Media

Depuis son départ du Parti conservateur en août 2018, Maxime Bernier a fondé le Parti populaire du Canada et fait deux arrêts en Saskatchewan, dans le but de « parler aux vrais conservateurs ». Avec 1,6 % des intentions de vote, l'opération de séduction de Maxime Bernier ne semble pas avoir porté ses fruits.

Frédéric Boily affirme qu’il ne s’attendait pas à voir Maxime Bernier parmi les meneurs de cette campagne électorale. « Fonder un parti politique à un an des élections, c’est vraiment très difficile et pas souvent réussi. »

En revanche, il croit que la participation de Maxime Bernier aux débats pourrait lui permettre de gagner en popularité. Quant à savoir s’il pourrait remporter quelques sièges, cela reste toutefois à prouver. « Ce qui risque d’arriver, c’est que le Parti populaire ira chercher des voix aux conservateurs et aucune aux autres partis. Au final, ça risque de favoriser les libéraux. »

Les enjeux

Ce sondage révèle aussi les enjeux qui importent pour les Saskatchewanais interrogés.

M. Boily ne se hasarde pas à affirmer que la Saskatchewan est devenue plus « verte », même si le Parti vert se classe en troisième position dans les intentions de vote et que les changements climatiques figurent parmi les priorités des sondés.

« Ça reste encore à voir. Est-ce que la question des changements climatiques est comprise à travers toutes les provinces canadiennes? J’ai encore des doutes à savoir si le Parti vert saura capitaliser. »

Enjeu le plus important de la campagne électorale fédérale :

  • Économie : 13,5 %
  • Changements climatiques : 11,2 %
  • Coût de la vie : 7,8 %
  • Autres : 34,5 %


Source : CBC/Post Media

Finalement, à la lumière de ce sondage, l'intérêt de faire de la Saskatchewan un pays demeure faible. Moins de 10 % des personnes interrogées ont répondu oui à cette question.

La Saskatchewan devrait-elle se séparer du Canada?

  • Oui : 8,7 %
  • Non : 86,4 %
  • Ne sait pas : 4,5 %


Source : CBC/Post Media

Notre dossier Élections Canada 2019

Saskatchewan

Politique fédérale