•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Téléphérique Sea to Sky : un rapport confirme le sabotage

Une cabine d'un téléphérique repose sur le sol.

La rupture du câble du téléphérique Sea to Sky, survenu en août dernier, est le résultat d'un acte de vandalisme.

Photo : GRC de Squamish

Radio-Canada

L'organisme Technical Safety BC confirme que le câble du téléphérique Sea to Sky, près de Squamish, a été délibérément coupé.

Dans son rapport, l’organisme indépendant de surveillance affirme qu’il n’y avait pas eu de problèmes antérieurs avec le câble.

Selon Jeff Coleman, directeur à Technical Safety BC, le fait « de couper le câble était un acte extrêmement dangereux ».

Toute personne se trouvant près du téléphérique au moment de l’acte de vandalisme aurait pu être gravement blessée ou tuée.

Jeff Coleman, directeur de Technical Safety BC

Le câble d’une longueur de 2 kilomètres était composé de 6 torons. Selon le rapport, il soutient un poids de plusieurs tonnes quand les cabines transportent des passagers.

L’enquête de Technical Safety BC a déterminé que 4 des 6 torons ont été coupés alors qu’ils étaient sous tension. À partir où la majorité des torons ont été endommagés, le câble entier a cédé.

Une image de 6 torons, dont les couleurs indiquent 4 torons principalement endommagés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le câble du téléphérique Sea to Sky peut soutenir plusieurs tonnes lorsqu'il est opérationnel.

Photo : Technical Safety BC

Les tours du téléphérique sont accessibles des sentiers de randonnée environnants. Elles ont des échelles intégrées pour l'entretien. Aucun dispositif n’empêche une personne d'y grimper.

Le rapport indique également où le câble a été coupé et l’outil utilisé pour commettre l’acte de vandalisme. Ces passages sont caviardés pour ne pas nuire à l’enquête de la Gendarmerie royale du Canada.

Aucun suspect n’a été nommé jusqu’à maintenant.

Technical Safety BC est un organisme indépendant qui assure le respect des normes de sécurité pour toutes les installations et les opérations de systèmes et d’équipement techniques en Colombie-Britannique.

Il a travaillé conjointement avec la GRC pour enquêter sur le sabotage, survenu en août dernier.

Colombie-Britannique et Yukon

Vandalisme