•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trouver des débouchés aux sacs plastique

Produits Re-Plast utilise des sacs plastiques, contenants de lessives, et pots de yogourt, notamment, pour créer du mobilier urbain.

Produits Re-Plast utilise des sacs plastiques, contenants de lessives, et pots de yogourt, notamment, pour créer du mobilier urbain.

Photo : Radio-Canada

Catherine Bouchard

Alors que le plastique à usage unique sera au cœur des discussions de la première consultation publique de la Commission du développement durable et de l’environnement, une entreprise dénonce l'enfouissement des pellicules plastiques depuis juin en Mauricie.

Produits Re-Plas de Notre-Dame-du-Bon-Conseil utilise du plastique recyclé pour créer notamment du mobilier urbain, tels bancs de parcs, tables et poubelles, depuis près de 30 ans.

Le directeur général de l'entreprise, Marc Francoeur, dénonce l'enfouissement des sacs plastique par la Régie des matières résiduelles depuis juin.

Je trouve que c'est de revenir un peu en arrière prendre ces mesures-là [d'enfouir la matière]. Ça fait 30 ans qu'on en recycle du plastique, qu'on en achète des centres de tri, souligne M. Francoeur.

Selon lui, c'est la qualité du tri des plastiques par la Régie des matières résiduelles de la Mauricie qui est insuffisante pour être attrayante pour les entreprises québécoises.Il faut qu'on se parle et qu'on s'ajuste. C'est ce qu'on a fait avec d'autres centres de tri, soutient M. Francoeur.

Selon le Front commun québécois pour la gestion écologique des déchets, cette situation met en lumière la nécessité d'une meilleure cohésion entre les différents acteurs du milieu. Le directeur général, Karel Ménard, estime que les différents intervenants travaillent actuellement en silo.

On devrait peut-être avoir certains centres de tri dédiés à trier certains types de plastique.[...] Actuellement, chaque centre de tri travaille en silo et doit trouver des recycleurs qui lui sont attitrés autour de chez lui, ce qui est pas évidemment au Québec , avance M. Ménard.

Selon lui, la plupart des centres de tri avaient misé sur le marché asiatique et n'avaient pas cherché de débouchés dans la province.

Récupération Mauricie, l'organisme responsable du tri des déchets dans la région, indique avoir actuellement des tests en cour avec une entreprise. Le directeur général, Daniel Cassivy, avoue que la qualité du tri de la matière demeure un enjeu pour trouver des solutions.

Mauricie et Centre du Québec

Matières résiduelles