•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel outil pour observer à distance les conditions des mines souterraines

Un mineur qui touche un robot installé sur des rails

L'entreprise SafeSight Exploration espère mettre en vente le robot MRC Rail Runner dès octobre 2019.

Photo : SafeSight Exploration

Bienvenu Senga

L’entreprise d’innovation technologique SafeSight Exploration de North Bay a créé un robot capable d’inspecter de manière autonome les monteries mécanisées des mines souterraines. Elle espère que l’outil permettra à la fois de réduire les risques d’accident de travail et d’accroître la productivité des mines.

Le robot pourra automatiquement se déplacer le long des rails de la monterie, le tunnel vertical reliant deux niveaux différents d’une mine.

Le robot recueille un enregistrement vidéo en haute définition ainsi que d’autres informations descriptives de la monterie.

Le président de SafeSight Exploration, Mike Campigotto, explique que la conception du robot a commencé en janvier avec la collaboration de l’entreprise de génie minier RedPath.

RedPath voulait qu’on fasse l’inspection de monteries et notre première réaction a été d’utiliser l’un de nos drones. Le défi, avec les drones, est de les faire voler dans un espace étroit et de s’assurer qu’ils évitent les obstacles en tout temps. Ce n’était pas pratique, explique M. Campigotto.

Un robot sur des rails dans une mine souterraine

Le robot se déplace sur les rails de la monterie.

Photo : SafeSight Exploration

À son avis, le robot qui devrait être dévoilé et mis en vente en octobre comporte de nombreux avantages.

L’inspection physique des monteries requiert la présence d’une personne dans un espace dangereux pour déterminer les conditions sur place. Avec le robot, on retire la personne de l’équation.

Mike Campigotto, président de SafeSight Exploration

Il ajoute que l’emploi du robot rendra plus rapide le travail des inspecteurs.

Il faudrait environ 45 minutes à un inspecteur pour faire une évaluation complète alors que le robot ne prendra que 10 minutes. Le cycle "inspecter-forer-dynamiter" peut ainsi être fait de manière beaucoup plus efficace, note M. Campigotto.

Il indique que des démonstrations du fonctionnement du robot seront faites en octobre aux entreprises intéressées.

Un outil nécessaire

Au cours de sa carrière de plus de 50 ans, l’expert retraité en sécurité minière John Chenier a lui-même dû inspecter des monteries mécanisées, un travail qu’il qualifie de très dangereux.

On vient juste d’éliminer la possibilité d’une mort de mineur [...]. Si le robot se casse, on n’aura qu’à le remplacer alors qu’on ne peut pas remplacer un mineur.

John Chenier, expert en sécurité minière

Il explique que même si les mineurs sont munis d’équipement de protection pendant leur travail, ils ne sont pas entièrement protégés des dommages que peut par exemple engendrer une chute brusque de sédiments rocheux.

John Chénier en entrevue.

John Chenier cumule 50 ans de carrière dans l'industrie minière durant lesquelles il a majoritairement œuvré en santé et sécurité; ce qui lui a valu d'être surnommé « Safety John ».

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Il se réjouit également de voir que le robot permettra aux mineurs de se rendre compte des conditions qui prévalent dans les monteries avant de s’y rendre physiquement, s’ils doivent le faire.

Là, le mineur aura une idée de ce qu’il attend en haut et de se préparer, de savoir comment s’y prendre, fait savoir M. Chenier.

L’expert espère que les entreprises minières adopteront rapidement le robot, malgré les coûts qui pourraient y être associés.

Je souhaiterais même que ce soit la loi, que ce soit obligatoire, conclut-il.

Nord de l'Ontario

Innovation technologique