•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il manque 360 enseignants dans le réseau scolaire québécois, surtout à Montréal

Des élèves lèvent la main dans une classe.

La pénurie d'enseignants se fait sentir dans tout le Canada francophone.

Photo : iStock

La Presse canadienne

La pénurie d'enseignants dans le réseau scolaire est importante, et elle frappe particulièrement Montréal et Laval.

Au 1er septembre, lors de la rentrée 2019, il manquait au total 360 enseignants pour combler les besoins de personnel dans les écoles du Québec.

De ce nombre, 84 % des postes vacants se trouvaient dans la métropole et dans la partie nord de la couronne de Montréal.

La crise actuelle de main-d'œuvre est assez grave, a reconnu le ministre de l'Éducation du Québec, Jean-François Roberge, en mêlée de presse, mercredi, en révélant les chiffres obtenus de son ministère sur la pénurie de personnel enseignant.

Le problème est cependant circonscrit à la grande région de Montréal, a-t-il ajouté.

En l'absence d'un enseignant qualifié, certains élèves doivent donc actuellement se contenter d'un professeur suppléant figurant sur une liste de rappel ou d'un enseignant à forfait, qui n'a pas nécessairement les diplômes requis et le brevet d'enseignement. Certains peuvent détenir une tolérance d'enseignement (une autorisation provisoire d’enseigner) ou un permis provisoire.

Ça va prendre quelques années avant de combler les besoins d'enseignants qualifiés, a admis le ministre, comme il l'avait fait à la rentrée scolaire.

Il s'était récemment fait reprocher par les partis d'opposition de ne pas pouvoir chiffrer avec précision la pénurie de personnel enseignant.

Éducation

Société