•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Capitales Médias : jusqu'à la fin octobre pour déposer une offre d'achat

La façade de l'édifice du quotidien Le Soleil à Québec.

Les quotidiens de Capitales Médias pourraient cesser de publier le lundi pour réduire leurs frais, croit le ministre Pierre Fitzgibbon.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec s'attend à ce que toutes les offres pour le rachat de Groupe Capitales Médias soient déposées d'ici le 27 octobre.

Le ministre a demandé au syndic qui assure la transition de tout mettre en oeuvre pour que l'aide d'urgence de cinq millions de dollars octroyée par le gouvernement soit suffisante pour assurer le maintien des activités jusqu'au rachat.

On peut arrêter de publier le lundi, par exemple, on peut faire des choses. Il y a des services dont on pourrait se départir temporairement, a illustré Pierre Fitzgibbon.

Le ministre précise toutefois que ce n'est pas au gouvernement de décider ce qui doit être fait, mais au président-directeur général par intérim, Stéphane Lavallée.

Pas question cependant de faire des changements structurels à court terme puisque cela pourrait nuire à la vente des six journaux régionaux en difficulté.

Pierre Fitzbibbon, ministre de l'Économie

Pierre Fitzbibbon, ministre de l'Économie

Photo : Radio-Canada

Plusieurs offres en vue

Dès la semaine prochaine, les acteurs qui souhaitent faire l'acquisition de Groupe Capitales Médias auront accès à tous les documents financiers de l'entreprise.

D'entrée de jeu, Pierre Fitzgibbon s'attend à ce que le gouvernement reçoive plusieurs offres, dont probablement une de la part d'une coopérative des employés.

Ils sont sérieux, c'est des gens qui, je pense, il faut prendre au sérieux. De façon conceptuelle, c'est un modèle qui mérite d'être analysé, a commenté le ministre.

Toutefois, peu importe qui reprendra les journaux en difficulté, il ne sera peut-être pas possible de sauver tous les emplois.

C'est dur de statuer si on peut maintenir les 350 employés, étant donné que le modèle est brisé. [...] J'aime autant avoir 300 emplois pérennes, stables, qu'en avoir 350 qui vivotent et dans 2 ans on doit recommencer.

Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie

Pierre Fitzgibbon ajoute que le plan d'aide gouvernementale à la presse écrite sera présenté bien avant la fin du mois d'octobre, ce qui permettra aux acheteurs potentiels de faire une offre en prenant compte de ce qui sera offert par le gouvernement pour venir en aide au secteur.

Québec

Médias