•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une marée « éliminée » par l'ouragan Dorian dans le Saint-Laurent

En raison de la marée basse, des roches sont visibles au bord du fleuve. Une île se dessine à l'horizon.

Le passage de l'ouragan Dorian a momentanément perturbé les marées sur le fleuve Saint-Laurent, le 8 septembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Miriane Demers-Lemay

Alors qu'il frappait les Îles-de-la-Madeleine, l’ouragan Dorian a eu un impact beaucoup plus subtil, mais tout de même inhabituel dans le fleuve Saint-Laurent. Le 8 septembre, l’une des deux marées hautes quotidiennes n’était simplement pas au rendez-vous.

À Trois-Pistoles, le traversier faisant la navette avec les Escoumins n’a pas pu accoster et a dû rebrousser chemin avec tous ses passagers. Sur le quai, le gardien de l’île aux Basques et maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux, était lui aussi cloué sur la terre ferme.

Mon bateau ne flottait pas, raconte M. Rioux, qui n’a jamais observé un tel phénomène en une trentaine d’années dans le domaine de la navigation. Le gardien de l'île a dû attendre la marée haute suivante avant de pouvoir conduire des touristes sur l’île aux Basques.

Ce qui m’impressionne, c’est que le phénomène des marées est rythmé par la lune et le soleil, dit-il. Quand un phénomène comme ça réussit à contrer la lune, il faut le faire!

Le traversier L'Héritage 1 entre Trois-Pistoles et Les Escoumins.

Le traversier L'Héritage 1 n'a pas été en mesure d'accoster à Trois-Pistoles le 8 septembre, en raison de la perturbation de la marée haute.

Photo : Radio-Canada/Patrick Bergeron

Dans la région de Trois-Pistoles et de Rimouski, le niveau de l’eau était 52 centimètres plus bas que prévu lors d'une des marées hautes du 8 septembre, contre 1,15  mètres dans la région de Québec, rapporte Denis Lefaivre, chercheur scientifique en prévision océanique à Pêches et Océans Canada.

La dépression créée par l’ouragan a eu comme effet « d’aspirer » l’eau près du cœur de la tempête, explique Simon Legault, météorologue pour Environnement et Changements climatiques Canada. De telles dépressions peuvent souvent passer inaperçues, mais elles sont rarement aussi puissantes sur le fleuve, selon le météorologue.

Quoi qu’il en soit, le phénomène observé le 8 septembre en a surpris plusieurs. Je me disais toujours à la blague que s’il fallait qu’un jour les marées n’existent plus et que la lune décide de ne plus faire sa job, la planète allait virer à l’envers. Ça s’est passé, mais la planète ne s’est pas virée à l’envers! raconte Jean-Pierre Rioux.

Le sujet du film "La turbulence des fluides" était que la marée n’arrivait pas, et je me disais : "c’est donc ben fou cette chose-là", mais ici c’est arrivé une fois, la marée haute n’est pas arrivée, s’exclame Denis Lefaivre.

Une visualisation satellite de Dorian.

Les ouragans de l'Atlantique pourraient gagner en puissance à long terme avec le réchauffement climatique, selon le météorologue Simon Legault.

Photo : Université du Colorado/CIRA

Si ce type de phénomène est rare sur le fleuve, les changements climatiques pourraient les rendre plus fréquents à long terme. On prévoit qu’il y aura plus d’ouragans forts dans le bassin de l’Atlantique, explique le météorologue Simon Legault, qui explique que le réchauffement de la surface de l’eau constitue le carburant qui alimente les ouragans. Mais est-ce que les ouragans prendront cette trajectoire [vers le golfe du Saint-Laurent], pour l’instant, on l’ignore.

Bas-Saint-Laurent

Conditions météorologiques