•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment une fausse rumeur sur la commissaire de la GRC s'est mise à circuler

Mme Lucki est assise devant un micro, des feuilles devant elle sur la table.

La commissaire de la GRC, Brenda Lucki, donne un point de presse sur l'arrestation du directeur général du Centre national de coordination du renseignement, Cameron Ortis.

Photo : Radio-Canada

Jeff Yates
Kaleigh Rogers
Andrea Bellemare

Une fausse rumeur virale affirme que le mari de la commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Brenda Lucki, est le cousin du ministre sortant des Finances, Bill Morneau. L'histoire allègue que ce prétendu lien familial expliquerait pourquoi la GRC n'a pas lancé d'enquête officielle sur le scandale SNC-Lavalin. Voici comment elle s'est mise à circuler.

La rumeur, qui est sans fondement, semble basée sur des ouï-dire et émane d'un compte Twitter possédant moins de 500 abonnés. Elle a ensuite été amplifiée sur les réseaux sociaux, atteignant un auditoire de dizaines de milliers de Canadiens sur Twitter et Facebook en quelques jours.

La fausse nouvelle a tellement circulé qu'elle a poussé la GRC et le cabinet de M. Morneau à démentir quelque lien familial que ce soit entre le mari de Mme Lucki, Ray Gauthier, et le ministre sortant.

« Ces allégations sont fausses », a tout simplement répondu un porte-parole de la campagne de M. Morneau.

De son côté, la sergente Caroline Duval, porte-parole de la GRC, a assuré que le corps policier avait confirmé que MM. Gauthier et Morneau n'ont aucun lien familial.

Nous avons aussi pu examiner des arbres généalogiques publiquement accessibles des familles des deux hommes, ainsi que des chroniques nécrologiques contenant des informations familiales, et nous n'avons pas trouvé de lien les unissant.

Une rumeur de ce genre a beaucoup de potentiel viral, puisqu'elle s'arrime à des croyances déjà en place, juge Christopher Schneider, professeur agrégé de sociologie à l'Université Brandon, au Manitoba, qui étudie les réseaux sociaux et les services policiers.

Certains « veulent croire qu'il existe des preuves accablantes, une magouille dans l'enquête, ou encore qu'il y a de la corruption », souligne-t-il. M. Schneider ajoute que les détails de la rumeur sont vraisemblables, mais difficiles à vérifier, ce qui la rend encore plus partageable.

La fausse rumeur a d'ailleurs été partagée au moment où le directeur général du Centre national de coordination du renseignement, Cameron Ortis, était accusé d'avoir contrevenu à la Loi sur les secrets officiels du Canada.

Les origines de la fausse rumeur

La première mention de cette rumeur sur les réseaux sociaux que Radio-Canada a pu trouver remonte au 26 août. Dans une réponse à une publication Twitter portant sur la GRC et SNC-Lavalin, un compte s'identifiant comme Kim a indiqué avoir obtenu une information de la part d'un agent de la GRC retraité.

Le ministre sortant de la Sécurité publique, « Ralph Goodale, a lié les mains de la commissionnaire, dont l'époux est un membre de la famille de Bill Morneau », a avancé « Kim », sans offrir de preuves.

D'ailleurs, dans une publication publiée plus tard dans la journée sur Twitter, cette personne a admis se sentir frustrée de ne pas parvenir à trouver de l'information en ligne sur les familles de Mme Lucki ou de M. Gauthier.

Contactée par Twitter, elle a refusé de répondre à nos questions. Son message initial, comportant la rumeur, a été relayé 29 fois seulement et a peu circulé dans les premiers jours.

Radio-Canada a pu trouver une poignée de publications Twitter et Facebook lui faisant référence, mais aucune n'avait généré un nombre important de réactions.

Par contre, l'histoire a recommencé à circuler le 10 septembre. La rumeur est apparue dans les réponses à des publications Twitter de journalistes qui relayaient un article du Globe and Mail à propos d'allégations selon lesquelles le gouvernement de Justin Trudeau avait refusé de lever la confidentialité du cabinet sur l'affaire SNC-Lavalin, ce qui bloquerait l'enquête de la GRC.

Le quotidien rapportait aussi que la GRC mettait en attente son enquête, le temps de la campagne électorale.

Des mentions de la rumeur sont aussi apparues dans les réponses à une publication Twitter d'un site conspirationniste canadien le 13 septembre. Ce site a à son tour relayé la rumeur quelques heures plus tard.

La fausse histoire a véritablement pris son envol le 15 septembre, alors que des mèmes comportant des photos de Mme Lucki et de M. Morneau, ainsi que la rumeur, se sont mis à circuler. De nombreux commentateurs et pages hyperpartisans sur Twitter et Facebook ont publié ces images, générant des milliers de partages et de commentaires.

Le nombre exact de partages est difficile à déterminer, puisque plusieurs versions de ces mèmes et de publications existent sur plusieurs plateformes.

Le 16 septembre, la fausse rumeur a été transmise par l'Alberta Canada Campaign, une page appartenant à un réseau de pages Facebook partisanes créé par Larry Brandt, un ancien organisateur du Parti conservateur du Canada. Cette publication a été relayée plus de 3300 fois. La personne reconnue pour être l'administratrice de la page, Maureen Gow Zelmer, a aussi été l'une des premières personnes à parler de la rumeur sur Facebook.

Au fil des jours, l'histoire s'est mise à changer; certains ont commencé à affirmer que Mme Lucki, et non son mari, était cousine de M. Morneau.

« Une rumeur comme celle-là subit souvent des mutations, explique M. Schneider. Même lorsque des journalistes enquêtent [sur une telle rumeur] et la démentent, ça ne l'empêche pas nécessairement de circuler parce que, dans certaines circonstances, les gens veulent vraiment y croire. »

Politique fédérale

Politique