•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ugo Fredette tenait un enfant et criait aux policiers de le tuer

Croquis d'Ugo Fredette, cheveux courts et lunettes, assis dans le box des accusés.

Ugo Fredette est accusé d’avoir tué son ex-conjointe, d’être parti avec un enfant, puis d’avoir assassiné un automobiliste.

Photo : Radio-Canada

Geneviève Garon

Près de 24 heures après le début de sa cavale, cerné par les policiers ontariens, Ugo Fredette sort d'un boisé à pied, armé d'un bâton, en tenant un enfant par le cou. Il crie aux policiers de tirer sur lui.

Les policiers ont dû utiliser leur pistolet à impulsion électrique à sept reprises pour maîtriser Ugo Fredette, près de Renfrew, le 15 septembre 2017, en fin d’après-midi. Michael Danielson, de la Police provinciale de l’Ontario, a présenté le récit haletant de son arrestation, au procès pour double meurtre de l’homme de 43 ans, mercredi.

Ugo Fredette est accusé d’avoir tué son ex-conjointe, Véronique Barbe, à Saint-Eustache, d’être parti avec un enfant, puis d’avoir assassiné un automobiliste, Yvon Lacasse, afin de voler son véhicule et de poursuivre sa fuite jusqu’au lendemain.

Moins de deux minutes après avoir roulé sur un tapis à clous à la jonction des routes 132 et 41, en Ontario, Ugo Fredette, pourchassé par la police, arrête son véhicule sur le gazon d’une résidence bordée d’arbres.

Le policier Danielson sort de son auto-patrouille avec sa partenaire et dégaine son arme.

Entre les arbres, il aperçoit Ugo Fredette qui pénètre dans la cour. Le suspect tient un enfant devant lui, la main gauche sur son cou pour « contrôler sa direction ».

Il a un bâton dans sa main droite et le bouge « de haut en bas » en mimant le geste d'une personne qui en poignarde une autre, selon le policier. Le fugitif crie : Fuck, shoot me. Kill me, relate le témoin. L’enfant semble « très effrayé, affirme-t-il, avec les yeux grands ouverts. »

Le policier Danielson utilise son pistolet à impulsion électrique, communément appelé « Taser ». Ugo Fredette tombe face contre le sol. La partenaire du policier attrape l’enfant et s’éloigne.

Fredette résiste aux policiers

Ugo Fredette n’obéit pas aux ordres du policier et se relève. D’autres collègues viennent lui prêter main-forte alors qu’Ugo Fredette continue de résister. Au total, ce dernier reçoit sept décharges de pistolet électrique avant d’être maîtrisé.

En contre-interrogatoire, la Défense soutient que Michael Danielson n’a jamais vu Ugo Fredette « mettre le bâton sur la gorge de l’enfant ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Procès et poursuites

Justice et faits divers