•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Indemnisations des commerçants : l’opposition veut des critères élargis

Jean-François Gosselin, chef de l'opposition à l'hôtel de ville

Jean-François Gosselin, chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec souhaite que tous les commerçants qui ont subi des pertes financières à cause des travaux sur la route de l’Église soient indemnisés, peu importe leur secteur d’activité.

Le chef Jean-François Gosselin juge inacceptable que la Ville ait décidé d’exclure certaines entreprises, comme les agences de voyages, du programme d’indemnisation annoncé en début de semaine.

« Si les commerçants ont subi une perte de revenus à cause de la perte d'achalandage, ils doivent être indemnisés selon un programme normé. Ça doit être simple, ça doit être accessible », tranche le chef de Québec 21.

Inspiré de Montréal

Le programme de la Ville de Québec, largement inspiré de celui mis en place à Montréal, prévoit des indemnisations maximales de 30 000 dollars par année pour les commerçants qui démontrent une baisse de chiffre d’affaires causée par des travaux de construction.

Les grandes lignes ont été annoncées par le maire Régis Labeaume, mais le fin détail du règlement n’est pas encore écrit et n’a pas été soumis au conseil municipal.

On a fait quelques copier-coller de ce qui se passe à Montréal sans trop comprendre c'était quoi. C'est de l'improvisation totale.

Jean-François Gosselin, chef de l'opposition à l'hôtel de ville

L’opposition prend aussi le crédit pour ce qu’elle qualifie de « virage à 180 degrés » de l’administration Labeaume.

Pendant l’absence du maire cet été, des élus d’équipe Labeaume avaient laissé entendre qu’aucune indemnisation ne serait offerte aux commerçants.

« Régis Labeaume n'est pas fiable et c'est les commerçants de la route de l'Église qui en paie le prix », conclut Jean-François Gosselin.

Québec

Politique municipale