•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non à un oléoduc au Québec, répète Legault à Scheer

Plan rapproché de M. Legault.

François Legault insiste : l’environnement est de juridiction provinciale.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, François Legault, a répondu catégoriquement au chef conservateur, Andrew Scheer, qui défend en campagne électorale son idée d’un corridor énergétique : il ne veut pas d'un pipeline au Québec.

Andrew Scheer s'est engagé, s'il est élu premier ministre, à établir un corridor énergétique d’un océan à l’autre. Ce projet pourrait inclure un oléoduc traversant le Québec. Talonné par les journalistes, le chef conservateur n’a toutefois pas voulu confirmer s’il imposerait ou non un éventuel projet de pipeline au Québec.

Comme j’ai toujours dit, je vais défendre les projets qui sont dans l’intérêt national, a répété Andrew Scheer. J’ai fait une proposition, le corridor énergétique, qui va créer une situation gagnant-gagnant avec le gouvernement du Québec. Je vais travailler en collaboration et non en confrontation.

Je respecte les champs de compétences provinciales. Les gens de Québec savent très, très bien que c’est préférable de transporter le pétrole par oléoduc plutôt que sur les chemins de fer.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

Le leader conservateur a cependant précisé que s'il devait collaborer avec le Québec en qualité de premier ministre du Canada, il s'assurerait que les aspects environnementaux liés à un éventuel projet énergétique sont respectés et que les Premières Nations sont consultées.

De son côté, François Legault insiste : Dans la longue lettre qu'on a envoyée aux différents chefs des partis fédéraux, on insiste sur l'environnement. On voudrait que la compétence du Québec soit reconnue, a-t-il rappelé en mêlée de presse à l'Assemblée nationale, mercredi.

Pour nous, un projet comme un oléoduc, ça pose des questions d'environnement, a tranché M. Legault.

Je l'ai dit [au premier ministre de l'Alberta] Jason Kenney, entre autres, lors de la rencontre des premiers ministres des provinces que, selon nous, il y a une compétence du Québec. En plus, il y a une question de politique, de légitimité, et on sait que les Québécois sont contre cet oléoduc.

Notre dossier Élections Canada 2019

L'environnement, une demande parmi d'autres

Mardi, M. Legault a présenté quatre demandes, qu'il a identifiées comme les « priorités » du Québec, aux chefs de partis fédéraux afin que ceux-ci prennent position. L'environnement n'en fait pas partie, quoique le sujet soit bel et bien abordé dans la lettre officielle envoyée aux chefs qui recense des demandes additionnelles à celles dévoilées en conférence de presse.

Au rang des priorités du gouvernement Legault, on trouve plutôt les dossiers de l'immigration, de la laïcité de l'État, de la protection de la langue française et de la mise en place d'une déclaration de revenus unique gérée par Québec.

Le chef libéral, Justin Trudeau, s'est déjà montré réfractaire à l'ensemble de ces demandes dans le passé. Questionné sur l'ombre qu'un refus en bloc risquerait de jeter sur les relations entre Ottawa et Québec, le chef libéral Justin Trudeau est resté évasif mercredi, se contentant de souligner le caractère profondément collaboratif de son approche envers les provinces.

Nous prenons toujours très au sérieux les demandes de tout premier ministre provincial, y compris de M. Legault. On va travailler avec lui pour trouver des façons d'aider les Québécois, d'aider les Canadiens de façon responsable.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada

Andrew Scheer a pour sa part rappelé que le Parti conservateur s'est engagé à instaurer une déclaration de revenus unique, en plus de promettre d'étudier la possibilité de faire disparaître la duplication des démarches administratives pour les travailleurs étrangers temporaires.

De son côté, le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, a également répondu mercredi sur Twitter aux différentes demandes formulées par François Legault.

Dans un gazouillis plutôt succinct, il les a énumérées en leur attribuant un « oui » ou un « non ». Il a ainsi fait savoir qu'il ne souhaitait pas empêcher le passage d'un pipeline au Québec, tout comme il se positionne contre l'instauration d'une déclaration de revenus unique et l'assujettissement des entreprises sous compétence fédérale à la loi 101.

M. Bernier s'est cependant dit pour le respect de la loi québécoise sur la laïcité de l'État par Ottawa, et ouvert aux demandes liées à l'élargissement des compétences du Québec en matière d'immigration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique