•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des adjoints au médecin, pour faire baisser les temps d’attente

Des médecins dans une salle d'opération

Les adjoints au médecin donneront un coup de main aux chirurgiens orthopédiques en salle d'opération, en Nouvelle-Écosse.

Photo : iStock

Radio-Canada

Une nouvelle profession fait son entrée dans le système de santé de la Nouvelle-Écosse, dans le cadre d’un projet pilote : adjoint au médecin.

Ils seront affectés au programme d'arthroplastie - chirurgie de remplacement de la hanche et du genou -, dans le but de faire baisser les temps d’attente pour ce type de chirurgies.

Les adjoints au médecin sont courants aux États-Unis et dans l’armée américaine. Leur rôle ressemble à celui des infirmières praticiennes, mais ils doivent toujours travailler sous la supervision d’un médecin, contrairement aux praticiennes.

Les trois premiers adjoints embauchés en Nouvelle-Écosse aideront les chirurgiens orthopédiques en salle d’opération. Ils discuteront également avec les patients avant les opérations et assureront le suivi postopératoire. Ils pourront aussi prescrire certains médicaments sous la supervision d’un médecin.

C’est la voie de l’avenir, affirme le Dr Bill Oxner, responsable des chirurgies orthopédiques à l’hôpital QE II d’Halifax. Ils se sont intégrés avec succès [au système de santé] au Manitoba, en Ontario aussi, et ils sont présents sous une forme ou l’autre dans la plupart, sinon toutes, les provinces.

Une diminution des temps d'attente

Le projet pilote aura une durée initiale de trois ans, mais le Dr Oxner croit fermement que les adjoints au médecin trouveront une place permanente au sein du système de santé de la province.

Il y voit de grands avantages. Nous savons qu’ils ont un impact; les études en médecine ont démontré qu’ils permettent d’améliorer la productivité des médecins et à mon avis, ils améliorent aussi la qualité des soins que l’on donne.

L’idée de faire appel à des adjoints au médecin a fait surface il y a quelques années, en Nouvelle-Écosse, mais il a fallu attendre le résultat de négociations entre le ministère de la Santé et le Collège des médecins et des chirurgiens pour que leur profession soit reconnue.

Cette catégorie d’emploi n’est pas réglementée par le Collège des médecins. Il permet toutefois à ses membres de déléguer une partie de leurs tâches.

Renforcer le programme d'arthroplastie

L’arrivée des adjoints au médecin arrive à point nommé, selon le Dr Oxner. D’une part, les temps d’attente pour les arthroplasties du genou ou de la hanche atteignent six mois, en Nouvelle-Écosse et d’autre part, le programme néo-écossais dépend en partie de médecins résidents saoudiens qui peuvent partir à tout moment.

Un patient qui se rétablit d'une chirurgie au genou.

La Nouvelle-Écosse veut diminuer l'attente pour les chirurgies de remplacement du genou et de la hanche.

Photo : iStock

C’est presque arrivé, l’an dernier, lorsque des commentaires de la ministre canadienne des Affaires mondiales, Chrystia Freeland, avaient indisposé l’Arabie saoudite. En représailles, celle-ci avait ordonné à ses 7000 ressortissants étudiant dans des universités canadiennes de rentrer au pays, y compris les six médecins résidents du programme orthopédique de la Nouvelle-Écosse.

Une entente de dernière minute leur avait permis de rester, mais s’ils étaient partis, les temps d’attente des patients se seraient grandement allongés, selon le Dr Oxner.

Il a remarqué pendant cette crise que le Manitoba n’avait aucun souci, parce qu’il y avait 16 adjoints au médecin, uniquement dans son programme de chirurgie générale.

Le Dr Oxner croit que la Nouvelle-Écosse n’aura aucune difficulté à trouver des candidats pour ses trois postes disponibles.

Il y a beaucoup d’adjoints au médecin qui sont originaires de la Nouvelle-Écosse, mais qui travaillent dans d’autres provinces ou même aux États-Unis, précise-t-il. Ils nous appellent régulièrement [en espérant revenir].

La régie provinciale de la santé compte embaucher et former les nouveaux employés cet automne. Ils seraient en poste au début de la nouvelle année.

Avec les informations de Carolyn Ray, CBC

Nouvelle-Écosse

Médecine