•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transports Canada autorise des vols restreints du Boeing 737 MAX

Un avion 737 MAX de la compagnie aérienne Air Canada est juste au-dessus de la piste alors qu'il décolle.

Un des appareils 737 MAX d'Air Canada photographié à l'aéroport de Val-D'Or le 5 septembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté de Jean-Philippe Richard

Radio-Canada

Alors que tous les avions 737 MAX de Boeing sont cloués au sol depuis des mois en raison de problèmes techniques responsables de l’écrasement de deux vols commerciaux, Transports Canada a malgré tout autorisé récemment l’appareil à voler pour des fins de formation.

Selon l’organisme responsable de la sécurité dans les transports questionné par l’agence Reuters, les 11 vols de 737 MAX qui ont été autorisés se sont déroulés au Québec et en Ontario afin de permettre aux pilotes instructeurs d’Air Canada de maintenir la validité de leurs qualifications sur ces appareils.

D’après un porte-parole d’Air Canada, le transporteur ne disposait pas d’appareils similaires au 737 MAX au sein de sa flotte pour maintenir les compétences de ses pilotes instructeurs en conformité avec les exigences du règlement de l’aviation canadienne.

Les pilotes et le personnel autorisé à voler par Transports Canada en ont aussi profité pour faire des tests et des opérations de maintenance en vol sur l’appareil.

Ces vols sans passagers ont eu lieu entre le 28 août et le 8 septembre dernier entre Montréal, Val-d'Or, Québec et North Bay, en Ontario, selon les données de vol disponibles sur le site FlightRadar24. Des citoyens de Val-D'Or avaient également signalé à Radio-Canada la présence d'un appareil 737 MAX d'Air Canada à l'aéroport de Val-d'Or au début du mois.

La semaine dernière, l’appareil 737 MAX utilisé pour ces qualifications a également rallié l'aéroparc de Pinal, en Arizona, où il a été garé sur un site d'entreposage dans le désert, rapporte Reuters.

Selon Air Canada, la compagnie n’avait pas d’autres choix dans la mesure où elle ne dispose d’aucun autre modèle antérieur d’avion 737 dans sa flotte pour permettre à ses pilotes instructeurs de maintenir leurs qualifications sur ces appareils.

Ces exceptions accordées par Transports Canada illustrent bien les pressions auxquelles font face les transporteurs qui possèdent ces appareils qui ont été cloués au sol dans le monde après la mort de 346 personnes lors d’écrasements impliquant le logiciel du système anti-décrochage de l’appareil conçu et construit par Boeing.

Pas d'exception aux États-Unis

Cinq avions affichant le logo d'American Airlines sont stationnés en rangée.

Des 737 MAX appartenant à American Airlines sont stationnés à Tusla, en Oklahoma, le 10 mai 2019

Photo : Reuters / Handout .

Toutefois, selon un transporteur aérien américain interrogé par Reuters, de telles exceptions n’auraient pas été possibles aux États-Unis, où l’interdiction de vol émise par l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) ne prévoit pas ce genre de dérogation.

Les compétences des pilotes ne font en effet pas partie des exceptions prévues dans notre interdiction de vol, a confirmé un porte-parole de la FAA.

Les transporteurs nord-américains Southwest Airlines, American Airlines, United Airlines et WestJet ont pour leur part affirmé qu’ils ne déplaceraient leurs appareils 737 MAX que pour des fins d’entretien ou d’entreposage.

Ni Transports Canada ni la FAA ne sont en mesure actuellement d’affirmer quand les Boeing 737 MAX seront en mesure de voler de voler de nouveau. Le constructeur Boeing n’a quant à lui fait aucun commentaire.

Le 22 octobre 2018, 189 personnes ont péri lors de l’écrasement d’un Boeing 737 MAX 8 du transporteur aérien Lion Air au large des côtes de l'Indonésie. Quelques mois plus tard, en mars 2019, 157 personnes étaient tuées dans l’écrasement d’un autre Boeing 737 MAX 8, en Éthiopie cette fois.

Plus de 400 appareils 737 MAX 8 et 9 sont actuellement cloués au sol dans le monde en attendant que les ingénieurs de Boeing corrigent les problèmes de l’appareil et que ce dernier soit de nouveau certifié et autorisé à voler par les organismes de sécurité aérienne des pays où il est interdit de vol.

Avec les informations de Reuters

Société