•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sayona Québec estime qu’elle pourra compter sur l’appui de Pikogan

Le projet Authier de Sayona Mining.

Le projet Authier de Sayona Mining

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Thomas Deshaies

L’entreprise Sayona Québec a bon espoir de conclure sous peu une entente sur les répercussions et avantages avec le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni.

C’est ce qu’il a notamment été possible d’apprendre lors d’une allocution de l’entreprise devant les membres de la Chambre de commerce du Centre-Abitibi.

Salle de conférence avec un homme parlant au lutrin en avant des personnes assises à des tables.

Serge Rouillier participait ce mardi à un midi-conférence avec des gens d'affaires d'Amos à la Chambre de commerce et d'industrie du Centre-Abitibi.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Le directeur du développement durable de Sayona Québec, Serge Rouillier, affirme qu’une entente pourrait être signée prochainement avec la communauté anichinabée.

On négocie une entente, à date ça va très bien, il y a plusieurs points sur lesquels on s’entend très bien, a-t-il déclaré en marge du dîner-conférence.

Antérieurement, le chef de la communauté, David Kistabish, avait déclaré aux médias qu’il attendrait un « mandat » de la population avant de prendre une position officielle quant au projet minier de Sayona Québec.

Selon toute vraisemblance, le conseil n’adoptera donc pas une position hostile face au projet. Contacté il y a quelques jours, M. Kistabish n’a pas souhaité nous accorder d’entrevue puisqu’il est en période électorale.

Intérêt pour North American Lithium

Les représentants de Sayona Québec ont abordé leur intérêt pour l’achat de la mine North American Lithium qui est en difficulté financière.

Un homme portant une épinglette de la compagnie Sayona sourit à la caméra.

Le directeur du développement durable pour Sayona Québec, Serge Rouillier

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Selon Serge Rouillier, cette possible acquisition pourrait permettre d’établir une synergie entre les projets dans la région.

Le potentiel de cette mine n’a pas été exploité à 100 %. C’est un gisement plus difficile que le gisement Authier. Qu’est-ce que nous on apporterait de différent? C’est la synergie des deux projets, la qualité qu’on a de produit nous à Authier, jumelé avec North American Lithium, a-t-il expliqué.

Le chef de direction de Sayona Québec, Guy Laliberté, a déclaré lors de la conférence qu’il doutait de la rentabilité de l’exploitation de North American Lithium, si l’opérateur n’exploitait pas un autre gisement.

De 30 à 50 millions

Il estime que Sayona Québec devrait débourser de 30 à 50 millions de dollars pour mettre à niveau les équipes de North American Lithium.

Une déclaration qui n’est pas passé inaperçu du porte-parole du Comité citoyen de protection de l’esker, Rodrigue Turgeon, qui a rappelé que les liquidités actuelles de l’entreprise sont de 1,7 M $.

Où allez-vous trouver 30 à 50 millions de dollars si vous n’êtes pas capable d’aller chercher plus de 700 000 $ auprès des actionnaires?, a-t-il demandé lors de la période de questions.

Il faisait référence à une campagne de financement auprès des actionnaires cet été qui n’a permis de récolter que la moitié du montant anticipé.

M. Laliberté lui a répondu que selon lui, « le prix du lithium va monter en 2022 » et il a expliqué que la situation financière de Sayona ne serait pas un enjeu actuellement.

« Sayona 2.0 »

Avec l’arrivée de plusieurs membres dans l’équipe de l’entreprise, Sayona Québec se présente en formule « 2.0 ». C’était un des messages des dirigeants de l’entreprise.

Serge Rouillier a expliqué que l’entreprise a décidé d’éloigner de quelques centaines de mètres la halde de résidus miniers, de l’esker, et ce, afin de rassurer la population ou corriger certaines « perceptions ».

En 2018, on n’était pas implanté ici. Présentement, on a notre bureau à La Motte. On commence à avoir beaucoup de contacteurs locaux qui commencent à travailler pour le projet. Je sens qu’il y a une bonne dynamique, a conclu M. Rouillier.

Abitibi–Témiscamingue

Métaux et minerais