•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Boniface au coeur de la bataille électorale

Radio-Canada

La lutte s'annonce serrée dans la circonscription de Saint-Boniface-Saint-Vital pour les élections fédérales. Les libéraux et les conservateurs entendent redoubler d’efforts pour remporter cette circonscription qualifiée de baromètre par certains observateurs.

Enlevée par les libéraux lors des dernières élections fédérales en 2015, la circonscription de Saint-Boniface-Saint-Vital a pourtant déjà été remportée deux fois par les conservateurs.

Le Parti libéral détient sept sièges au Manitoba, soit plus que tout autre parti. Certain de ces sièges pourraient retomber dans l’escarcelle des conservateurs, selon des observateurs politiques, notamment celui de Saint-Boniface-Saint-Vital.

Circonscription baromètre

Cette circonscription, où résident de nombreuses familles, dont un bon nombre sont francophones, et où le crime est en hausse, pourrait passer du rouge au bleu lors des élections d'octobre, selon le politologue Raymond Hébert.

Plan serré du politologue Raymond Hébert.

La circonscription Saint-Boniface-Saint-Vital est une circonscription baromètre pour les élections fédérales, explique le politologue Raymond Hébert.

Photo : Radio-Canada

On considère maintenant que depuis plusieurs élections, Saint-Boniface-Saint-Vital est une circonscription baromètre. On veut dire par là que le vote va suivre plus ou moins les tendances nationales, indique Raymond Hébert.

En ce moment, les conservateurs et les libéraux sont au même niveau, cela veut dire qu’il ne devrait pas y avoir de changement, en revanche si les conservateurs prenaient une avance de dix points sur les libéraux, il aurait de très bonnes chances que Saint-Boniface bascule dans le camp conservateur, indique-t-il.

Si plusieurs résidents s'entendent pour dire que la course pourrait être serrée, certains ne seraient pas surpris si les libéraux maintenaient leur siège dans leur circonscription.

Il y a beaucoup de familles monoparentales avec peu de moyens qui vivent dans le quartier, constate Violet Baptiste résidente du quartier Saint-Vital.

Elle juge qu'historiquement, les plateformes conservatrices tendent à défavoriser ce groupe d'électeur.

Le poids du vote francophone

Présentement, le libéral Dan Vandal tente de se faire réélire dans la circonscription. Il croit que son gouvernement a fait beaucoup pour les familles et les francophones sous son mandat et espère que cela poussera les électeurs de sa circonscription à choisir la continuité en le réélisant.

Plan moyen de Daniel Vandal debout dehors à côté d'un arbre.

Le candidat du Parti libéral du Canada Daniel Vandal, se dit confiant en son bilan et espère se faire réélire dans Saint-Boniface-Saint-Vital.

Photo : Radio-Canada

Je représente une communauté où la langue française est très importante et nous venons notamment d’annoncer un nouveau plan stratégique pour les langues officielles, estime le candidat libéral.

Reste que selon Raymond Hébert, jouer la carte francophone ne sera pas suffisant pour remporter les élections au terme d’une bataille qui s’annonce serrée. 

Le parti conservateur essaie d’avoir une candidate qui va plaire aux francophones, mais il faut se souvenir que les francophones sont à la baisse constamment en termes de pourcentage de la population de la circonscription de Saint-Boniface-Saint-Vital, analyse Raymond Hébert.

Cela veut dire que c’est le vote anglophone qui va déterminer le résultat.

Son adversaire, l'ex-policière conservatrice Réjeanne Caron, une francophone, a lancé sa campagne au côté de son chef, Andrew Scheer. Le profil de cette dernière n’est pas sans rappeler celui de Shelly Glover, ancienne policière, et qui avait remporté deux fois la circonscription en 2008 et en 2011.

Plan moyen de Réjeanne Caron dehors devant les portes vitrées d'un édifice.

La candidate conservatrice Réjeanne Caron entend s’appuyer sur ses vingt-cinq ans d’expérience au sein de la police de Winnipeg, notamment à Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada

Réjeanne Caron croit pouvoir en faire beaucoup plus pour réduire la violence et le crime dans sa circonscription.

En tant qu’ancienne policière, la criminalité et la crise de la métamphétamine sont des sujets importants, explique Réjeanne Caron qui entend s’appuyer sur ses vingt-cinq ans d’expérience au sein de la police de Winnipeg, notamment à Saint-Boniface.

Pour sa part, le Nouveau Parti démocratique n'a pas encore choisi de candidat pour cette circonscription, alors que les Verts présentent Ben Linnick, un jeune député.

Le Parti populaire du Canada, lui, tentera de faire élire Adam McAllister.

Avec des informations de Patrick Foucault

Notre dossier Élections Canada 2019

Manitoba

Politique fédérale