•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rues partagées : « la balle est dans notre camp », dit la Ville de Sherbrooke

Mathieu Courchesne et Stéphanie Leclerc sont au micro de l'hôtel de ville de Sherbrooke.

Mathieu Courchesne et Stéphanie Leclerc font partie des instigateurs du projet de rues partagées autour du parc de l'Ancienne-Caserne de Sherbrooke, dans le Vieux-Nord.

Photo : Radio-Canada

Charles Beaudoin

La volonté de la communauté du parc de l'Ancienne-Caserne, qui souhaite qu'un budget soit prévu pour un projet pilote de rues partagées dans leur quartier l'an prochain, a été accueillie favorablement par le conseil municipal de Sherbrooke lundi soir.

La balle est dans notre camp, a déclaré la conseillère du district du Lac-des-Nations et présidente de l'arrondissement, Chantal L'Espérance.

La Ville travaille actuellement sur des critères qui permettraient de définir le concept de rues partagées et de rues conviviales et les conditions nécessaires à leur implantation afin que le modèle puisse être reproduit éventuellement dans d'autres quartiers de la municipalité.

Vous comprenez que ça peut créer un engouement, ce projet-là, a mentionné Chantal L'Espérance.

Une carte indiquant l'endroit des rues partagées.

Les rues en rouge pourraient devenir des « rues partagées ».

Photo : Google Map

La présidente du comité de sécurité publique, Danielle Berthold, soutient quant à elle que la Ville tentera de se pencher sur le dossier dès le mois prochain avec la directrice des infrastructures urbaines, Caroline Gravel, afin de répondre positivement à la demande du groupe.

Si ce n'est pas octobre, novembre, mais on va essayer de vous revenir avant les F¸êtes pour qu'on puisse s'aligner tout le monde ensemble et savoir ce qu'on fait lors de l'arrivée du printemps, pour voir si on essaie ça en projet pilote, a-t-elle promis.

La conseillère Karine Godbout s'est aussi montrée emballée par le projet.

Je pense que vous êtes un groupe bien mobilisé. Votre message est inspirant. Vous êtes des défricheurs en quelque sorte et il y a des choses à mettre place. De fois, lorsqu'on défriche des trucs, il faut avoir un peu plus de patience, mais je suis favorable à ce type de projet, a résumé l'élue du district d'Ascot.

Estrie

Urbanisme