•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vice-président du Parlement vénézuélien libéré de prison

Edgar Zambrano entouré de ses proches.

Edgar Zambrano lors de sa sortie de prison à Caracas, au Venezuela.

Photo : Getty Images / Matias Delacroix

Agence France-Presse

Le vice-président du Parlement vénézuélien, Edgar Zambrano, a été remis en liberté mardi en application d'un accord entre le gouvernement chaviste de Nicolas Maduro et des partis d'opposition minoritaires, a déclaré le député Timoteo Zambrano.

Le processus de libération des prisonniers politiques commence, nous célébrons la remise en liberté de notre collègue Edgar Zambrano, a tweeté le député.

Edgar Zambrano avait été arrêté après la rébellion manquée contre Nicolas Maduro, le 30 avril.

La Cour suprême de justice (TSJ), réputée pour être proche du camp Maduro, a ordonné la libération du parlementaire de l'opposition dans le cadre d'accords partiels signés lundi entre le gouvernement de Nicolas Maduro et des partis d'opposition minoritaires.

La demande de libération de M. Zambrano, arrêté en mai dernier dans le cadre d'une opération spectaculaire comprenant l'utilisation d'une grue pour l'emporter, a été faite à la suite d'accords partiels conclus entre le gouvernement vénézuélien et des secteurs de l'opposition nationale, selon un communiqué publié sur Twitter par le procureur général, Tarek William Saab.

Edgar Zambrano avait été arrêté après l'ouverture de poursuites pénales contre lui et 14 autres députés à la suite du soulèvement militaire raté mené par Juan Guaido, autoproclamé président par intérim du Venezuela en janvier et reconnu comme tel par une cinquantaine de pays, dont les États-Unis.

Selon l'ONG locale de droits de la personne Foro Penal, il y a 478 « prisonniers politiques » au Venezuela, dont 107 militaires.

Politique internationale

International