•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Nunavut, la commissaire aux langues démissionne

Plan serré du visage de la commissaire aux langues du Nunavut, Helen Klengenberg.

La commissaire aux langues du Nunavut, Helen Klengenberg, a démissionné.

Photo : Helen Klengenberg

Radio-Canada

La commissaire aux langues du Nunavut, Helen Klengenberg, a démissionné pour des raisons de santé, a confirmé John Quirke, le greffier de l’Assemblée législative. Ce départ a pris effet lundi.

Elle a été nommée en juin 2017 après une longue recherche. Il avait fallu afficher le poste trois fois en raison d’un nombre insuffisant de candidats qualifiés.

Plusieurs dialectes

Helen Klengenberg  était la première commissaire des langues du territoire à parler couramment l’anglais, l’inuinnaqtun et plusieurs dialectes de la langue inuit.

Obtenir ce poste est un « privilège », avait-elle déclaré lors de sa nomination. La revitalisation des langues au Nunavut faisait partie de ses priorités.

La commissaire précédente, Sandra Inutiq, avait aussi quitté ses fonctions pour des raisons de santé en 2016, en citant notamment un épuisement professionnel.

Helen Klengenberg devait rester en poste pendant quatre ans. Elle est diplômée des universités Western en Ontario et Saint Mary’s à Halifax.

Grand-Nord

Politique territoriale