•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé : Un écart se creuse entre les Premières Nations le reste de la province

Un jeune est assis sur une structure en ciment.

L'étude de l'Université du Manitoba et du Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations démontre que taux de suicide chez les Autochtones est cinq fois plus élevé que chez les autres Manitobains.

Photo : Radio-Canada / Rick Bremness

Radio-Canada

Une étude réalisée par l'Université du Manitoba et le Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations montre un écart grandissant entre la santé des Autochtones et celle des autres Manitobains.

Le Dr Alan Katz, de l’Université du Manitoba, explique que l’étude s’appuie sur les différents types de services que les Premières Nations reçoivent lors d’une visite à l’hôpital ou à la clinique.

Nous examinons également les facteurs pour une bonne santé, qu'on appelle des déterminants sociaux, c'est-à-dire la pauvreté, l’éducation, le logement, l’accès à la nourriture et à l’eau potable, précise-t-il.

Ces problèmes sont négligés par les différents ordres de gouvernement, selon le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas.

L’étude soutient que les membres des Premières Nations du Manitoba sont trois fois plus à risque de subir une mort prématurée (avant l'âge de 75 ans) que les autres Manitobains et que l'écart continue de s'accroître au fil du temps.

Les résultats de la recherche démontrent aussi que l'espérance de vie des femmes autochtones est de 72 ans, soit 12 ans de moins que la moyenne des Manitobaines.

Quant aux hommes, l'espérance de vie des Autochtones est de 68 ans, alors que celle des autres Manitobains est de 79 ans.

L'étude indique également un taux de suicide cinq fois plus élevé chez les Premières Nations que dans le reste de la province.

Par ailleurs, le taux de diabète chez les Autochtones est passé de 5 % à 8,65 % depuis les années 1990.

Selon le Dr Alan Katz, la santé de tous les Manitobains s’améliore, mais celle des membres de Premières Nations ne suit pas la même vitesse, ce qui explique la raison de l’écart grandissant.

Les grands chefs des Premières Nations ne sont pas surpris

Le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas, et le grand chef de la Première Nation de Black River, Sheldon Kent, sont d’accord pour dire que ces résultats ne sont pas surprenants, puisqu’ils viennent mettre en évidence la réalité de ce que les Autochtones vivent depuis la colonisation.

Les résultats démontrent clairement que les systèmes de santé des gouvernements fédéral et provincial peinent à fournir le nécessaire aux Premières Nations, explique le grand chef Arlen Dumas.

Ça devrait être considéré comme une crise provinciale.

Arlen Dumas, le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba

« La population en général est en accord avec la réconciliation », explique le grand chef Sheldon Kent. « Comment pouvons-nous nous réconcilier et améliorer les choses? Nous devons travailler sur un lien de confiance pour remédier à la situation. »

Pour leur part, les Premières Nations Manitoba Keewatinowi Okimakanak (MKO) ont mis en place une équipe pour adapter le système de santé aux besoins des habitants du nord du Manitoba.

Les membres des Premières Nations doivent montrer l’exemple, tout en recevant le support des gouvernements fédéral et provincial pour améliorer le système.

Le gouvernement provincial réagit

Dans une déclaration, le ministre de la Santé, des Aînés et de la Vie active, Cameron Friesen, reconnaît que tous les Manitobains nécessitent un accès adéquat aux soins de santé.

Il affirme que le gouvernement provincial continue d’investir dans les services de santé offerts aux Autochtones avec des initiatives pour favoriser la santé mentale et combattre les problèmes de dépendances de tous les Manitobains.

L'étude formule également différents appels à l'action, dont la formation de professionnels de la santé parmi les membres des Premières Nations, pour permettre une compréhension approfondie des besoins culturels des Autochtones.

Manitoba

Santé publique