•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'assouplissement des règles pour les chasseurs non-résidents du Québec déçoit

Un orignal

Les pourvoyeurs croient que cette nouvelle réglementation affectera le cheptel d'orignaux.

Photo : Radio-Canada

Tanya Neveu

Les pourvoyeurs de la région s'indignent devant l'assouplissement du règlement qui encadre les chasseurs d'orignaux non-résidents.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a décidé de permettre aux non-résidents de chasser en compagnie d'un détenteur de permis du Québec.

Les pourvoyeurs croient que cette nouvelle réglementation affectera le cheptel d'orignaux.

Le gouvernement du Québec ajoute deux clauses à son règlement entourant les chasseurs non-résidents.

Les chasseurs non-résidents vont pouvoir pratiquer leur activité ici au Québec s’ils sont accompagnés d’un résident titulaire d’un permis de chasse à l’orignal. Si lui [chasseur] ou un membre de sa famille immédiate est propriétaire foncier et qu’il veut chasser l’orignal dans les limites de son terrain, précise le porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Nicolas Bégin.

Le ministère explique que de nombreuses plaintes ont été reçues depuis le nouveau règlement instauré en 2018, autant de la part des chasseurs québécois que des non-résidents. C’est pourquoi il a été modifié.

Une décision qui ne plait pas du tout au président de l'Association des pourvoiries de l'Abitibi-Témiscamingue, Yves Bouthillette.

On trouve ça ridicule. Ça redonne encore l’accès au territoire et à la ressource pour des peanuts à des non-résidents qui souvent vont venir ici laisser des cannes et 500 piastres de permis de chasse dans le Fonds consolidé du Québec, déplore-t-il.

Yves Bouthillette craint aussi pour la population d’orignaux sur le territoire du Québec.

C’est de montrer au restant du Canada et des États que nous au Québec on est encore colonisés et qu’on va donner notre ressource à qui mieux-mieux pendant qu’il y a des problèmes dans les cheptels d’orignaux tout le tour de nous autres, ajoute-t-il.

En 2018, 722 permis de chasse ont été émis à des non-résidents sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, ce qui représente plus de 30 % des permis achetés au Québec par des non-résidents.

Abitibi–Témiscamingue

Chasse et pêche