•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement politique : un 5 à 7 caquiste de « type réseautage d’affaires » rebaptisé

Le premier ministre, François Legault, serre la main de la ministre de la Santé, Danielle McCann, au Salon bleu.

Le premier ministre, François Legault, serre la main de la ministre de la Santé, Danielle McCann, au Salon bleu.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mathieu Dion

L’expression « réseautage d’affaires » est toxique en politique, et pourtant. Tout récemment, l’équipe de la circonscription de Sanguinet, que représente la ministre de la Santé, Danielle McCann, annonçait sur Facebook un 5 à 7 de « type réseautage d’affaires ».

À compter des révélations sur le financement occulte des partis, la formule semblait proscrite. En effet, à ces occasions par le passé, des gens d'affaires ont tenté d'influencer des politiciens en échange de dons.

Les mots sont si controversés qu'après un appel de Radio-Canada, l’activité de financement politique de Mme McCann a été rebaptisée « cocktail de financement », question de dissiper les doutes.

En 2017, l’ancienne ministre de l’Économie Dominique Anglade l’avait aussi appris à ses dépens. Elle devait participer à une activité portant ce vocable dans Laval-des-Rapides et destiné à des gens d’affaires, selon ce qu’avait alors rapporté le Journal de Québec. La soirée avait été annulée in extremis.

Capture d'écran faite le 16 septembre d'une invitation Facebook créée par l'équipe de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.

Cette capture d'écran d'une invitation Facebook créée par l'équipe de la ministre Danielle McCann a été faite le 16 septembre. Le lendemain, le nom de l'événement était changé.

Photo : Radio-Canada

De « type » réseautage d’affaires

Il n’y a rien de plus habituel qu’une activité en présence de ministres visant à recueillir des dons – d’un maximum de 100 $. C’est monnaie courante, voire nécessaire pour se bâtir une cagnotte électorale. À l’événement de Mme McCann le 17 octobre, le ministre délégué à la Santé publique Lionel Carmant, l’adjointe parlementaire de la ministre Marilyne Picard et « d’autres invités surprises » seront sur place.

Mais le sens des mots ainsi que la perception prennent une autre dimension en politique. L’attaché de presse de la ministre McCann, Alexandre Lahaie, insiste sur le fait qu’il s’agit d’un cocktail de « type réseautage d’affaires » et non d’un événement destiné au réseautage d’affaires. L’inclusion du mot « type » sous-entendrait un « thème » où les gens peuvent échanger leurs cartes professionnelles, par exemple.

Des gens de tous les milieux pourront y prendre part : de simples militants, des bénévoles, des travailleurs autonomes comme des personnes issues du communautaire… ou des affaires.

C’est parti d’une bonne intention. Devant le quiproquo, nous avons demandé au parti de renommer l’événement pour éviter toute ambiguïté.

Alexandre Lahaie, attaché de presse de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann

Un bénévole du comité d’action locale serait à l’origine du libellé de l’activité de financement. « Chaque candidat, rappelle M. Lahaie, est appelé à amasser des fonds en vue de la prochaine campagne et de la participation démocratique. » Les participants n’auraient d’ailleurs pas pour autant un « accès privilégié » aux ministres.

Le changement de nom de l’événement témoigne néanmoins d’un certain malaise.

Mathieu Dion est correspondant parlementaire à Québec

Politique provinciale

Politique