•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ombudsman avait averti la C.-B. du piètre état de la route vers Bamfield en 2008

Une dépanneuse pour véhicules lourds sur une route de gravier à côté de laquelle se trouve un homme qui en opère le dispositif de remorquage pour actionner les câbles accrochés à l'autocar qui lui se trouve dans le fossé

Une dépanneuse extirpe l'autocar du fossé où il a abouti après l'accident mortel du vendredi 13 septembre.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Radio-Canada

Il y a 11 ans, l’ombudsman pour la sécurité forestière a mis en garde le gouvernement de la Colombie-Britannique des dangers que posait l'état de la route vers Bamfield. Vendredi soir, deux étudiants de l'Université de Victoria ont été tués sur cette route dans un accident d’autocar.

En 2008, les dangers que présentait l'état de la route entre Port Alberni et Bamfield, sur l’île de Vancouver, ont été signalés dans un rapport rédigé par l’ombudsman Roger Harris. Celui-ci y révisait l'état des 400 000 km de route d’exploitation forestière en gravier de la province.

Le rapport comprend la citation d’un membre de la communauté qui s’exprimait lors d’une assemblée publique : L’idée que des autobus scolaires ou de touristes passent sur cette route tous les jours m'effraie.

La route en gravier qui mène à Banfield sous la pluie. Elle est bordée de fossés et d'une forêt dense.

Les membres de la communauté de Bamfield s'inquiètent de la sécurité de la seule route qui les relie au reste de la province.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Roger Harris, qui occupe toujours ce poste, a averti le gouvernement de Victoria que plusieurs communautés de la province, dont Bamfield, ne sont accessibles que par de vieilles routes d’exploitation forestière qui ne sont pas bien entretenues.

On peut dire que Bamfield n’est plus une ville de bûcherons, c’est une tout autre communauté maintenant, note-t-il dans son rapport.

Lors de l’assemblée publique de 2007, un membre de la communauté a avancé que plus de 3500 étudiants empruntent cette route chaque année pour visiter le Centre des sciences marines de Bamfield.

Roger Harris, qui a mis ce commentaire dans son rapport, recommande la création d’une nouvelle désignation pour ces routes, qui desservent plusieurs Premières Nations et dont l’entretien dépend de l’exploitation des ressources naturelles.

Comme nous avons ces routes qui servent à l’exploitation des ressources naturelles qui sont devenues presque des autoroutes, nous avons besoin d’un nouveau système dans la province, estime-t-il.

Selon lui, des communautés dans plusieurs régions de la province utilisent ces routes à d’autres fins que l’exploitation forestière.

C’est un problème beaucoup plus important que les gens veulent bien l'admettre, soutient Roger Harris.

Le rapport a été appuyé par le conseil des pratiques en foresterie de la Colombie-Britannique, le B.C. Forest Practices Board, un chien de garde indépendant qui revoit les pratiques dans le domaine.

Vendredi, le conseiller en chef Robert Dennis, de la Première Nation Huu-ay-aht, est l’une des premières personnes à s’être rendues sur les lieux de l’accident qui a coûté la vie à John Geerdes et à Emma Machado, tous les deux âgés de 18 ans.

Une photo composée de deux images une de John Geerdes et l'autre d'Emma Machado.

John Geerdes et Emma Machado, tous les deux âgés de 18 ans, ont perdu la vie dans l'accident d'autocar de vendredi.

Photo : Radio-Canada

Plusieurs autres étudiants ont été blessés dans l’accident.

Nous savons depuis très longtemps à Bamfield que cette route représente un problème de sécurité publique, affirme Robert Dennis.

Je cogne à la porte des tous les gouvernements, libéraux et NPD, pour qu’ils réparent notre route, conclut-il.

Colombie-Britannique et Yukon

Accidents et catastrophes