•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrik Laine veut qu’on lui donne les moyens de compter 50 buts

Deux joueurs de hockey sont assis devant des micros et parlent aux journalistes. L'un d'eux est Patrick Laine, qui est vêtu d'un chandail de coton ouaté et d'une casquette.

Patrick Laine, à droite, souhaite un meilleur joueur de centre pour être en mesure de marquer plus de points, selon un journaliste finlandais qui lui a parlé alors qu'il s'entraîne en Suisse pendant que les négociations se poursuivent avec les Jets.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Patrik Laine croit que s’il jouait dans une autre équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH), ses compagnons de trio seraient parmi les meilleurs de l'équipe, tandis qu'avec les Jets de Winnipeg, il se retrouve sur le deuxième trio avec des joueurs en rotation, selon Pekka Jalonen, journaliste au quotidien Iltalehti, l'un des plus populaires de la Finlande.

Pekka Jalonen s’intéresse au joueur depuis l’époque où il était déjà une grande vedette dans les ligues juniors finlandaises. Il a continué de s’y intéresser au cours des premières saisons de Patrik Laine à Winnipeg.

En entrevue avec CBC, le journaliste a résumé les propos du joueur de hockey à qui il a récemment parlé. Joueur autonome avec compensation, Patrik Laine s’entraîne présentement avec l’équipe suisse CP Berne pendant que les négociations se poursuivent pour le renouvellement de son contrat avec les Jets.

J’ai senti beaucoup de frustration de sa part, dit Pekka Jalonen, surtout au sujet des attaques à cinq contre cinq et des coéquipiers avec qui on lui demandait de jouer.

Patrik Laine a exprimé son mécontentement quant à la formation et les occasions qu’il a eues l’an dernier, sans cependant nommer de personnes, indique Pekka Jalonen.

Il a seulement dit qu’il aurait la chance de jouer avec les meilleurs joueurs s’il était ailleurs qu’à Winnipeg, dit le journaliste.

Le joueur finlandais a retenu l’attention au cours de sa première saison avec les Jets en 2016-2017 en marquant 36 buts, en plus d'obtenir 28 passes. Cette année-là, il a été l’un des trois finalistes pour le trophée Calder, qui récompense le meilleur joueur recrue.

La saison suivante, il obtenait 44 buts, bon pour la 2e place dans la LNH.

Après un lent début de saison en 2018-2019, avec seulement 3 buts en 12 matchs, Patrik Laine a commencé le mois de novembre en lion avec 18 buts au cours des 12 rencontres suivantes.

Il s’est ensuite enlisé, n'ajoutant que neuf autres buts durant la saison. Il a connu des difficultés en défense, perdu la rondelle et ses batailles dans les coins de patinoire. Il a terminé la saison avec un différentiel de moins 24.

Pekka Jalonen croit que Patrik Laine veut jouer avec le centre Mark Scheifele. Au cours des ans, il a plutôt eu comme coéquipiers les joueurs de deuxième trio Andrew Copp, Adam Lowry et Bryan Little.

S’il ne peut pas jouer sur la première unité, il aimerait être épaulé par un joueur de centre plus talentueux, dit Pekka Jalonen.

C’est la première fois que je l’entends parler en public de cette façon, affirme le journaliste finlandais. Je ne suis pas certain que les Jets devraient s’en faire outre mesure. C’est le genre de choses qui peut entraîner de l’animosité des deux côtés.

Les Jets connaissent la situation, ajoute-t-il. S’ils ont échangé deux choix de premier tour pour obtenir un joueur de centre de deuxième trio, c’est qu’ils savent qu’il y a un problème.

Les Jets ont acquis deux joueurs de centre de haut profil au cours des deux dernières années. Paul Stasny (2017-2018) et Kevin Hayes (2018-2019) n’ont patiné que quelques mois dans l’uniforme des Jets, en vue des séries.

Patrik Laine est-il encore heureux à Winnipeg, dans l’ensemble? Je crois qu’il l’est, répond Pekka Jalonen. Il aime la ville et il sait qu’il peut devenir un excellent joueur à Winnipeg. Il peut compter 50 buts quand il a le bon joueur de centre à ses côtés.

Il est exigeant, il veut pouvoir jouer avec un bon joueur qui lui permettrait de marquer 50 buts ou plus. Mais il est prêt à aller jouer ailleurs si les négociations n’évoluent pas comme il le veut.

Avec des informations de Darren Bernhardt

Manitoba

Hockey