•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Indemnisations : les commerçants exclus veulent être entendus

Les commerçants de la route de l'Église rejettent les dernières propositions de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada

Plusieurs commerçants de Québec déplorent être exclus du programme d’indemnisation lors de travaux majeurs, présenté lundi par l'administration Labeaume.

Les commerces de services, dont les assurances, l’immobilier et les agences de voyages, ont été exclus.

Ces secteurs d'activité n’ont pas nécessairement besoin d’un achalandage physique pour mener leurs activités, selon le maire Régis Labeaume.

« Si c’était vrai, on n’aurait pas pignon sur rue, croyez-moi, lance France Anctil, propriétaire du Club Voyages Alfa. On serait dans un sous-sol ou au 10e étage quelque part. »

Selon la femme d'affaires, il faut une méconnaissance profonde de son entreprise pour penser que tout se fait au téléphone ou sur Internet.

Située à l’angle de la route de l’Église et du chemin des Quatre-Bourgeois, elle estime que l’immense chantier a entraîné une baisse faramineuse de l’achalandage dans son commerce.

France Anctil, propriétaire du Club Voyages Alfa.

France Anctil, propriétaire du Club Voyages Alfa

Photo : Radio-Canada

S'il y a une volonté d'indemniser là où il y a un manque à gagner, question d'intelligence, ils ne pourront pas faire autrement que de prendre en considération ce que j'ai à leur dire.

France Anctil, propriétaire du Club Voyages Alfa

Loin d’en vouloir aux élus municipaux, France Anctil les invite à mieux s’informer sur la manière dont fonctionnent les agences de voyages avec pignon sur rue.

Je pense qu'il n'y a pas de mauvaises intentions, il y a juste une méconnaissance de la situation, de notre sorte de commerce.

Installé depuis quelques mois

Une autre modalité du programme d’indemnisation qui sera mis en place exige que les commerçants soient ouverts depuis au moins un an pour en profiter.

Il s’agit entre autres de comparer les chiffres d’affaires d’une année à l’autre afin de démontrer que les travaux ont entraîné une baisse de revenu.

Installés sur la route de l’Église depuis juin, les propriétaires de la Librairie La Liberté ne seront donc pas indemnisés. Avant de déménager en plein chantier routier, le commerce était pourtant en activité depuis plus de 40 ans à la Pyramide de Sainte-Foy.

On a été touché de façon flagrante par la désaffection que la route de l'Église a connue à tous les points de vue, raconte le copropriétaire, Christian Laliberté.

Christian Laliberté, copropriétaire de la Librairie La Liberté.

Christian Laliberté, copropriétaire de la Librairie La Liberté

Photo : Radio-Canada

On était derrière un véritable rideau de fer où il n'y avait même presque pas possibilité de traverser d'un côté à l'autre.

Christian Laliberté, copropriétaire de la Librairie La Liberté

Il a lui aussi espoir de se faire entendre par les élus municipaux lorsque le programme sera lancé.

J'ai un peu de difficulté à concevoir qu'on ne regarde pas du tout la possibilité qu'on soit inclus dans un programme comme celui-là.

Ça s’arrête où?

Mis au fait des inquiétudes des commerçants exclus, le maire de Québec semblait peu enclin à élargir le programme annoncé lundi, d'autant que le fin détail du règlement n’a pas encore été écrit.

Il ne faut pas commencer à dire oui aux exceptions maintenant, je pense que ce serait irresponsable, a commenté Régis Labeaume.

Il y a toujours des exceptions. Alors on s'en tient à la mesure, parce que le problème c'est : ça s'arrête où?

Régis Labeaume, maire de Québec

Pour ceux qui toucheront des indemnisations, le maire doute que les chiffres lancés sur la place publique par certains commerçants reflètent avec exactitude l’ampleur des pertes encourues en raison des travaux.

Je pense qu'il y a eu nettement exagération, mais quand ils vont faire leur demande d'indemnisation, on va savoir la vérité.

Listes des entreprises non admissibles

  • Secteur de la construction
  • Services de fabrication
  • Commerce de gros
  • Secteur du transport
  • Industrie de l'information (radiodiffusion, télécommunications)
  • Services en finances et assurances
  • Services professionnels, scientifiques et techniques
  • Services administratifs, dont les agences de voyages
  • Services de santé et d'assistance sociale
  • Administrations publiques

Québec

Politique municipale