•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accès simplifié à l’éducation pour les jeunes Autochtones

Stephen Lecce lors d'un point de presse devant les bureaux du conseil scolaire Kinoomaadziwin.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, a déclaré que le gouvernement prend des mesures pour permettre un cheminement scolaire plus fluide pour les élèves des Premières Nations.

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Radio-Canada

Les élèves des Premières Nations de l’Ontario n’ont plus besoin d’attendre la négociation d’une entente officielle sur les droits de base pour pouvoir fréquenter une école financée par la province ou une école autochtone, selon un nouveau processus transparent présenté par le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce.

M. Lecce en a fait l’annonce officielle mardi dans la Première Nation de Nipissing, devant les bureaux du conseil scolaire anichinabé Kinoomaadziwin, mais la nouvelle approche réciproque en éducation est en vigueur depuis le 1er septembre.

Selon le ministère de l’Éducation, les formalités administratives ont été réduites dans le but d’augmenter le taux de diplomation des Autochtones.

Je suis absolument déterminé à créer une expérience d’apprentissage harmonieuse et fructueuse pour les élèves des Premières Nations afin de favoriser leur obtention du diplôme d’études secondaires et leur accès à des emplois bien rémunérés, a déclaré le ministre Lecce.

Le grand chef de la Nation anichinabée, Glen Hare, souligne que la nouvelle approche permettra aux élèves d'avoir accès à une offre de formation plus variée.

Il cite en exemple la possibilité de suivre des cours de français, qui pourraient leur servir dans une future carrière.

Glen Hare prend la parole en conférence de presse.

Le grand chef de la Nation anichinabée, Glen Hare, accueille avec optimiste l'annonce du gouvernement ontarien.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

De son côté, le ministre des Affaires autochtones, Greg Rickford, ajoute que les élèves des Premières Nations pourront choisir l’école qui leur permettra de s’épanouir, peu importe d’où ils viennent.

Le gouvernement précise que selon la nouvelle approche, les élèves des Premières Nations qui choisissent de fréquenter une école d’un conseil scolaire financé par la province pourront continuer d’être représentés par un conseiller scolaire autochtone.

Le nouveau cadre a été créé en partenariat par les Premières Nations de l’Ontario, le ministère de l’Éducation et les associations de conseils scolaires.

Nord de l'Ontario

Politique provinciale