•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Toronto, champion du logement non abordable

Une tour de condos.

Le Grand Toronto, champion du logement non abordable

Photo : Radio-Canada / David Donnelly (CBC)

Radio-Canada

La moitié des 20 circonscriptions qui rapportent le prix du logement le plus élevé se trouvent dans le Grand Toronto avec, en tête, la circonscription de Willowdale, dont 39 % des habitants disent payer plus de 50 % de leur revenu pour se loger, selon une analyse des données de Statistique Canada.

Le comté de Waterloo, en Ontario, porte à 11 le nombre de ces circonscriptions dans la province.

Six des pires circonscriptions se situent en Colombie-Britannique, alors que le Québec, la Nouvelle-Écosse et le Manitoba en comptent une chacune.

Dans ces comtés, au moins 25 % des habitants ont déclaré dépenser au moins 50 % de leur revenu mensuel sur le loyer et les services.

Un homme sur un podium devant un écran.

Présentation des données par Jeff Morrison de l'indice du logement locatif canadien.

Photo : Radio-Canada / Fanny Geoffrion

Ces données proviennent de l’indice du logement locatif canadien, qui est un travail d’analyse statistique d’une coalition d’organismes à travers le pays.

La présidente de l'Association du logement sans but lucratif de l’Ontario, Marlene Coffee, déplore la situation.

Les données montrent sans équivoque que nos dirigeants politiques n’ont pas été en mesure de proposer ou de mettre en œuvre des solutions efficaces face à la crise du logement abordable, et l’Ontario a désormais le triste honneur d'être la province la plus durement touchée au pays.

Marlene Coffee, présidente de l'Association du logement sans but lucratif de l’Ontario

Le logement, un enjeu qui pourrait s’imposer en campagne électorale

Des 20 cancres en matière de logements, cinq sont des circonscriptions qui seront importantes pour les chefs pendant la présente campagne électorale et quatre de celles-ci sont en Ontario.

Dans les quatre circonscriptions suivantes du Grand Toronto, soit Richmond Hill, King-Vaughan, Aurora-Oak Ridges-Richmond Hill et Don Valley North, les luttes électorales sont considérées comme serrées.

Les gouvernements sont à blâmer pour la situation, explique Jill Atkey, PDG de l’Association du logement sans but lucratif de la Colombie-Britannique.

Ces chiffres montrent sans ambiguïté pourquoi la population canadienne et les défenseurs du droit au logement ont exhorté nos dirigeants politiques à prendre un plus grand nombre de mesures immédiates pour remédier aux défis de l’abordabilité qui frappent tant de familles et d’individus au pays.

Jill Atkey, PDG de l’Association du logement sans but lucratif de la Colombie-Britannique

Les libéraux de Justin Trudeau ont déjà dévoilé certains détails de leur plan sur le logement, notamment afin de favoriser l’achat de maison pour les premiers acheteurs.

Du côté des conservateurs, le plan du chef Andrew Scheer concernant le logement devrait être dévoilé plus tard au cours de la campagne.

Les données rapportent que les populations les plus touchées par la crise du prix des logements sont les mères chefs de famille monoparentale, les membres des Premières Nations, les aînés et les personnes âgées de moins de trente ans.

Ceux-ci forment près du 37 % de l’électorat, selon les données d'Abacus.

Avec les informations de CBC

Toronto

Politique fédérale