•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 personne sur 5 à T.-N.-L. n’a pas de médecin de famille, selon l’association médicale

Portrait de Charlene Fitzgerald

Charlene Fitzgerald, la présidente de l'Association médicale de Terre-Neuve-et-Labrador, indique que la province fait face à une « crise de médecine familiale » qui se manifeste par des patients abandonnés.

Photo : CBC / Jonny Hodder

Patrick Butler

Près de 100 000 personnes à Terre-Neuve-et-Labrador n’ont pas de médecin de famille, selon un nouveau sondage commandé par l’association médicale de la province.

La présidente de l’association, Charlene Fitzgerald, indique que les chiffres dénotent une crise de médecine familiale qui se manifeste par de nombreux patients abandonnés. Et la tendance s’aggrave.

Mme Fitzgerald note qu’en 2014, 11 % des résidents de Terre-Neuve-et-Labrador rapportaient qu’ils n’avaient pas de médecin de famille. En 2017, ce pourcentage avait grimpé à 13 %. Aujourd’hui, il s’élève à 19 %.

Cela représente 2 personnes sur 10, ou quelque 99 000 personnes qui n’ont pas de médecin de famille.

Charlene Fitzgerald, présidente, Association médicale de T.-N.-L.

L’association, qui représente les 1400 médecins à Terre-Neuve-et-Labrador, affirme qu’environ 48 % des personnes sans médecin de famille dépendent des cliniques sans rendez-vous pour leurs soins de santé. Elle indique qu'environ 42 % des résidents sans médecin comptent sur les urgences des hôpitaux.

Des besoins complexes

Ces solutions de rechange posent problème, explique Mme Fitzgerald, parce que les besoins des patients sont d’habitude complexes et nécessitent des soins coordonnés et continus.

Les cliniques sans rendez-vous sont conçues pour traiter rapidement un problème de santé à la fois, explique-t-elle. Les problèmes de la plupart des patients sont plus complexes que ça.

Tu ne peux pas aller à une clinique sans rendez-vous pour gérer, tout à la fois, tes problèmes d’insuffisance cardiaque congestive, de diabète, d’emphysème et de dépression.

Méthodologie

Le sondage de Narrative Research a été effectué par téléphone du 8 au 25 août. Au total, 400 personnes à travers la province ont été contactées. La marge d'erreur est de +/- 4,9 % 19 fois sur 20.

Mme Fitzgerald indique que chaque année, à l’Université Memorial, une trentaine d’étudiants décident d’être formés en médecine familiale. Cependant, la plupart de ces étudiants ne restent pas à Terre-Neuve-et-Labrador après leurs études, souligne-t-elle.

La province a besoin de mieux retenir ces diplômés, estime-t-elle.

Elle propose aussi que la province adopte de nouveaux modes de rémunération des médecins qui récompensent ceux qui prennent davantage de patients.

Selon l'association médicale, il y a environ 600 médecins de famille dans la province, mais ce nombre comprend les médecins semi-retraités et ceux qui travaillent à temps partiel.

Mme Fitzgerald affirme que l’érosion du système de santé n’est pas nouvelle, mais elle précise que la pénurie de médecins de famille se fait maintenant sentir sentir partout dans la province et de plus en plus en région urbaine.

Le ministre provincial de la Santé, John Haggie, n’était pas disponible pour une entrevue. Il rencontre l’association médicale mercredi à Saint-Jean. Mme Fitzgerald indique que la pénurie de médecins de famille sera à l’ordre du jour.

L’année dernière, l’association médicale a rédigé un document d’orientation sur l’avenir des services de santé de la province. Ce document a depuis été soumis à la province.

L'association réalise actuellement un examen des ressources humaines disponibles au sein du système de santé à Terre-Neuve-et-Labrador. Ce rapport sera dévoilé en novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale