•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation importante du nombre de plaintes contre des milieux de garde non régis

Des milliers de plaintes ont été acheminées au ministère de la Famille concernant garderies en milieu familial.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le ministère de la Famille croule sous les plaintes concernant des garderies privées en milieu familial. Au total, on recense deux fois plus de plaintes cette année qu'en 2017-2018, selon le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Ces données sont rendues publiques alors qu'une gardienne ivre a laissé sans surveillance trois enfants dans une garderie non accréditée de Sherbrooke la semaine dernière. D'ailleurs, cette dernière avait fait l'objet d'une plainte en 2018.

Inquiétant, c'est le mot que je retiens. Je suis préoccupé. Depuis que je suis ministre de la Famille, c'est un dossier qui me préoccupe parce qu'on est en présence d'un réseau qui opère dans l'ombre avec des règles minimales de sécurité depuis le projet de loi 143. Le constat que je fais [...] ces garderies peinent à respecter ces exigences, a expliqué le ministre au micro de Par ici l'info.

Bien qu'il soit permis d'ouvrir une garderie en milieu familial sans permis, les gens qui souhaitent le faire sont tout de même dans l'obligation d'avoir suivi un cours de secourisme et de détenir une attestation d'absence d'empêchement en raison d'antécédents criminels, entre autres. En même temps, on n'a pas de façon de vérifier si c'est respecté parce qu'ils n'ont pas de permis. On ne sait même pas qu'ils existent, déplore le ministre.

Ça me préoccupe parce que c'est 15 fois plus de plaintes que dans le réseau régi. On a un fichu problème qu'il faut régler.

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

M. Lacombe soutient travailler à trouver des solutions pour resserrer les règles de sécurité de ces milieux.

Selon la porte-parole du Parti québécois en matière de famille, Véronique Hivon, on compte 3000 services de garde en milieu familial privés au Québec et quelque 20 000 enfants les fréquenteraient. Il est urgent d'intervenir rapidement, selon elle.

Au Québec, il faut un permis pour garder des animaux, mais vous pouvez garder des enfants sans permis, sans encadrement du ministère de la Famille. C'est très grave. Quand le gouvernement était dans l'opposition, la CAQ était contre un encadrement de ces milieux non régis. Le ministre doit nous dire que son parti change de position et qu'un projet de loi soit déposé dès cette session, a exigé Mme Hivon.

10 000 places disponibles

Le ministre a profité de l'occasion pour lancer un appel aux responsables de garderies en milieu familial qui ont déserté le réseau à y revenir. Il y a d'excellentes éducatrices qui sont dans le milieu non régi qui ont décidé de quitter. Je veux les inciter à revenir dans le milieu régi. On pourra garder les bonnes éducatrices qui sont majoritaires. Il y en a des pas bonnes qui mettent en danger la sécurité des enfants. On ne veut pas ça. Personne n'est content ce matin de voir ces chiffres.

À l'heure actuelle, il y a des milliers de places en garderie qui sont disponibles pour être distribuées. Il y a 10 000 places qui sont laissées sur les tablettes parce qu'il n'y a pas de responsables de garde en milieu familial qui veulent les offrir. Demandez un permis, soyez régis par votre bureau coordonnateur, par le ministère de la Famille. Tout le monde sera gagnant et les enfants seront davantage en sécurité, croit Mathieu Lacombe.

Estrie

Enfance