•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Val-d'Or prépare le terrain pour l'ouverture d'une SQDC

La porte d'une succursale de la SQDC, sur laquelle sont affichées les heures d'ouverture.

Le conseil municipal de Val-d'Or soit autorise le changement du règlement de zonage adopté en 2014 pour qu'une SQDC puisse s'installer.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Thomas Deshaies

Le conseil municipal de Val-d’Or a amorcé ses démarches pour établir une zone où pourrait être implantée une boutique de la Société québécoise du cannabis (SQDC). Cependant, le maire estime qu’il n’y a pas de projet sur la table pour l’instant.

Cette zone serait située sur la 3e Avenue, à l’ouest de la rue de l’Escale, soit dans le secteur du centre commercial.

Carte de Val d'Or avec la 2e avenue surligée en rouge.

Le conseil municipal estime que la section de la 3e avenue à l'ouest de la rue de l'escale serait un endroit favorable à l'établissement d'une succursale de la SQDC.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Selon le maire de Val-d’Or, Pierre Corbeil, il s’agit d’un secteur approprié pour ce type de commerce.

On a demandé au comité consultatif d’urbanisme, à la Sûreté du Québec, où serait la zone la moins défavorable à l’établissement d’un commerce de cette nature, a-t-il expliqué.

M. Corbeil affirme que cette désignation qui nécessite des ajustements au règlement d’urbanisme n’est pas nécessairement annonciatrice de l’ouverture prochaine d’une succursale de la SQDC à Val-d’Or. On est en train de préparer le terrain, a-t-il précisé. Un changement de zonage se fait dans une série de réunions.

Le règlement de zonage qui a été adopté en 2014 ne prévoyait évidemment pas de permettre la vente de cannabis, puisqu’il s’agissait d’une pratique illégale à ce moment.

Le maire de Val-d’Or a toutefois laissé entendre que la SQDC souhaiterait éventuellement s’établir dans la région. Ils voudraient avoir pignon sur rue, mais ce n’est pas dit que ce serait juste une succursale, il pourrait y en avoir deux, a-t-il affirmé.

Abitibi–Témiscamingue

Cannabis