•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une élection sur la « capacité du Québec d’être différent », selon Lisée

Yves-François Blanchet et Jean-François Lisée se tiennent les mains et sourient.

L'ancien chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, était sur le terrain avec Yves-François Blanchet, dans Rosemont-La-Petite-Patrie.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Julie Marceau

L’ex-chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, qui assistait lundi à l’inauguration du local du candidat bloquiste dans la circonscription de Rosemont-La Petite-Patrie, Claude André, estime que l’enjeu principal de cette campagne est la capacité du Québec à prendre ses propres décisions.

Je pense que la conjoncture est très particulière, parce que le débat sur la laïcité fait en sorte que cette élection est finalement sur la capacité du Québec d’être différent, a exprimé l’ex-député provincial de Rosemont, qui faisait sa première apparition dans un événement public depuis la défaite crève-cœur du Parti québécois, il y a un an.

Tous ceux qui ont voté pour les partis qui étaient favorables à la laïcité, c’est-à-dire la Coalition avenir Québec et le Parti québécois, ont un véhicule qui est le Bloc pour renvoyer ce même signal au Canada : on est différents, acceptez notre différence et voici le rapport de force qu’on envoie à Ottawa, ajoute-t-il.

Selon Jean-François Lisée, il ne fait aucun doute que les libéraux contesteront la loi 21. C’est un sujet qui est extrêmement fort, pas seulement un débat sur les signes religieux, mais la capacité du Québec de prendre ses propres décisions, avance l'ancien chef du Parti québécois.

La question nationale s’impose dans une élection fédérale. Est-ce que le Québec est une nation? La majorité des Québécois pensent que oui. Est-ce qu’une nation a le droit d’avoir une loi qui est différente du reste du Canada? Les Québécois pensent que oui, assure-t-il.

L’ancien conseiller de Jacques Parizeau croit que la stratégie du Bloc québécois de courtiser l’ensemble du vote nationaliste, soit autant les électeurs de Québec solidaire que de la CAQ, est une bonne stratégie.

Il y a des gens qui sont en désaccord sur des tas d’autres sujets, mais le moment de l’élection fédérale, c’est le moment d’affirmer sa différence, et le parti qui l’incarne le mieux est le Bloc québécois, insiste-t-il.

Selon Jean-François Lisée, Rosemont–La Petite-Patrie pourrait être l’un des derniers bastions néo-démocrates au Québec, à la suite du scrutin. Avec humour, il appelle les électeurs à ne pas faire le mauvais coup de le laisser [le néo-démocrate Alexandre Boulerice] tout seul à Ottawa .

Donnez-lui son congé, votez pour Claude André!, résume-t-il.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique